Aller au contenu principal

La législation " installations classées " se mêle de pâturage

La notion de JPE ou Jours de pâturage équivalent servira pour l’instant surtout à sensibiliser les éleveurs au problème des « parcelles parking».

Les parcelles parking et les bourbiers qui se forment dans les prairies présentent un enjeu nvironnemental auquel commence à s’attaquer la réglementation ICPE.
Les parcelles parking et les bourbiers qui se forment dans les prairies présentent un enjeu nvironnemental auquel commence à s’attaquer la réglementation ICPE.
© C. Pruilh

« Des textes encore très contraignants, qui nécessitent des éclaircissements, et quelques avancées par rapport au projet », est la conclusion qui ressort de la lecture des trois arrêtés parus fin 2013, qui révisent la législation installation classée (ICPE) et ses régimes Déclaration (50 à 150 VL), Enregistrement (151 à 200 VL), Autorisation (plus de 200 VL). Deux registres supplémentaires deviennent obligatoires (des risques et des consommations d’eau) alors que le projet en comportait bien plus. La couverture des fosses n’est pas obligatoire pour le régime Autorisation. La notion de « équivalent journées de présence d’unités de gros bovins par hectare », ou UGB.JPE/ha, est finalement facultative.


Pas de définition ni de calcul imposés pour le moment


Avec cet indice de chargement au pâturage, le législateur vise les parcelles parking. « Pour l’instant, le texte n’impose pas sa définition ni son calcul. Le législateur évoque une période estivale, sans préciser les mois, durant laquelle UGB.JPE/ha doit être inférieur à 650, et une période hivernale durant laquelle le chargement doit être inférieur à 400. Des précisions devront être apportées par l’administration avant de savoir précisément les conséquences sur la conduite du troupeau au pâturage », analyse Philippe Levarlet, d’Alteor environnement (Cogedis Fideor). On peut s’attendre à ce que ce point de la réglementation soit par la suite renforcé.


Un renforcement de la sécurité par rapport aux incendies


Le texte précise également que l’abreuvement et l’affouragement doivent être préférentiellement localisés sur les zones les plus sèches des prairies, afin de limiter la formation de bourbier.
« Dans ce qui est positif, notons une mise en cohérence des textes, entre programmes d’action nitrates, Sdage et réglementation ICPE », souligne Philippe Levarlet. La distance d’épandage par rapport à des tiers a été réduite pour les fumiers compacts non susceptibles d’écoulement et ayant été stockés plus de deux mois.


Un suivi des consommations d’eau


Du côté des renforcements, citons la sécurité sur les exploitations, notamment par rapport au risque incendie. Il faut une réserve d’eau d’au moins 120 m3 en régime Déclaration (en plus des régimes Enregistrement et Autorisation). Il faut un registre des risques en régime Enregistrement et Autorisation, avec une carte localisant les lieux de stockage des produits à risque, et des fiches sécurité.
En plus du compteur à eau, il faudra tenir un registre des consommations d’eau pour les installations en Enregistrement et Autorisation. Le suivi est hebdomadaire si les consommations sont supérieures à 100 m3/j, et mensuel si elles sont inférieures. Cette mesure vise à renforcer l’attention des éleveurs sur la gestion de l’eau. Le registre servira d’aide au contrôle.
Concernant les distances d’implantation des bâtiments d’élevage, deux changements sont à souligner.
Le premier est une définition plus complète de la notion de tiers. Il a été précisé que les hébergements dont l’exploitant a la jouissance (maison louée) ne sont pas considérés comme des habitations de tiers. Les anciens exploitants ne sont plus considérés comme des tiers.
Le deuxième est que l’administration devrait limiter les cas dérogatoires, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences en cas de projet bâtiment pour des exploitations proches d’habitation de tiers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière