Aller au contenu principal

La holding, un outil pour se développer ou transmettre

Intégrée dans une trajectoire d’entreprise, la holding peut être un levier de développement efficace. Mais les écueils potentiels, liés notamment au Code rural, sont bien réels.

Par rapport à d’autres secteurs d’activité, la constitution de holding reste une exception en agriculture. « Pourtant, estime Didier Brin, juriste au Cerfrance Adhéo 109(1), bien utilisée, elle peut avoir un intérêt réel, notamment pour des structures de taille importante qui génèrent des niveaux de résultat élevés et qui souhaitent capitaliser pour conforter le développement de l’entreprise en limitant le niveau des prélèvements obligatoires. »


« Il faut désacraliser le terme », ajoute le juriste. Une holding est simplement une société financière qui peut être de structure juridique diverse, civile ou commerciale, et dont l’objet est de détenir du capital d’autre(s) société(s), qui constitue(nt) sa(ses) fille(s). En fonction de la part de capital détenu, tout ou partie du résultat des filles « remonte » ainsi vers la mère sans subir de prélèvements sociaux.


Ces capitaux que la holding va normalement faire fructifier sont ensuite disponibles pour des investissements divers, sous forme d’apport ou en tant que garantie pour un emprunt bancaire, par exemple.


Prenons le cas d’une société d’exploitation type SCEA dégageant 100 000 € de résultat et dont les associés souhaitent développer une activité de transformation et vente de produits fermiers. Pour diverses raisons, et notamment dans une optique de limitation des risques, ils décident de différencier cette nouvelle activité de l’activité agricole existante, en créant une nouvelle structure de type SARL.


Pour investir en limitant les prélèvements


Si la SCEA est fiscalisée à l’impôt sur le revenu, régime « normal » des sociétés de personnes, on peut estimer que le niveau des prélèvements obligatoires sociaux et fiscaux - en dehors de toute démarche d’optimisation - est voisin de 50 %, ce qui ampute d’autant la part de résultat disponible pour investir...

Non compatible avec les Gaec


Une société holding ne peut pas participer au capital de n’importe quel type de société agricole. Le statut des Gaec, notamment, impose que les associés soient tous des personnes physiques participant aux travaux. En pratique, une holding peut être actionnaire d’une SCEA, sans limitation si les associés renoncent aux spécificités agricoles. Elle peut aussi participer au capital d’une EARL, à condition que les associés personnes physiques restent majoritaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
[Contenu partenaire] Fullwood Packo - « Nous avons installé deux robots dans un bâtiment de 1979 sans tout casser »
Le GAEC de la Fonderie (Vosges) a robotisé sa traite grâce à Fullwood Packo. Avec seulement 90 vaches pour deux robots M2…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière