Aller au contenu principal

La hausse du prix des aliments renforce l’intérêt de la luzerne

Des essais et simulations en Pays de la Loire montrent l’intérêt technique et économique de l’introduction de la luzerne sur un élevage laitier, encore plus quand le prix des aliments augmente.

© Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique
«Produire de la luzerne en élevage laitier a des impacts techniques, économiques et sur le travail », a souligné Jean-Claude Huchon, de la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, lors de la journée Recherche lait des Pays de la Loire.

De 2007 à 2010, quatre essais ont été réalisés à la ferme expérimentale des Trinottières sur la valorisation de la luzerne (ensilage, enrubannage, foin).
Dans trois essais, la luzerne a été introduite à hauteur de 50% des fourrages en complément de maïs, avec apport de maïs grain et blé aplati pour compenser les faibles valeurs énergétiques de la luzerne.
Le 4e essai a permis de tester une ration sèche fermière composée de foin de luzerne et de concentrés.
Les rations témoins contenaient 100 % d’ensilage de maïs pour la partie fourragère.

Jusqu’à 9 euros de gain pour 1000 litres de lait


Avec du foin de luzerne en début de lactation, la production de lait a été inférieure de 3,2 kg/VL/j (31 kg lait brut contre 34,2 kg pour le témoin) avec des taux stables. Mais l’introduction de la luzerne a permis de réduire la consommation de correcteur azoté de 60 %.

Avec l’ensilage en milieu de lactation, les résultats en lait et taux ont été identiques à ceux obtenus avec le maïs seul, avec 32 % de correcteur azoté en moins.

Avec l’enrubannage en début de lactation, la production a diminué (31,8 kg de lait brut contre 34,2 kg pour le témoin) et le TP a été significativement inférieur (29,5 contre 30,7 g/kg). Mais la consommation de correcteur azoté a baissé de 33 %.

Enfin, avec la ration sèche fermière en milieu de lactation, l’ingestion a été supérieure (25,7 contre 24,2 kg MS/VL), la production laitière à 4 % équivalente et les taux ont diminué, avec 38 % de correcteur azoté en moins.
« 50 % de luzerne dans la ration permet de maintenir de bonnes performances laitières », souligne Jean- Claude Huchon.

En 2012, pour évaluer l’impact économique de l’introduction de luzerne dans un système fourrager laitier, les réseaux lait et le groupe alimentation des Pays de la Loire ont fait des simulations sur un système spécialisé avec base maïs toute l’année (61 ha, 360 000 l, 11 tMS/ha en maïs, 6,1 tMS/ha en prairies, 46 VL à 8000 l/an). L’effet sur la santé animale, la structure du sol et la pression des adventices n’a pas été pris en compte.
« Globalement, l’introduction de luzerne entraîne une baisse des achats de concentrés azotés, une augmentation de l’auto-consommation de céréales et donc une baisse des ventes de céréales, des coûts SFP plus élevés, le coût SFP de la luzerne étant 1 à 1,5 fois supérieur à celui du maïs, et une amélioration de la fertilisation du blé et des rendements. »

Maintien des performances avec 50 % de luzerne dans la ration


Dans la conjoncture 2011 (blé à 160 €/t et correcteur à 330 €/t), l’introduction de luzerne en remplacement de maïs, au même rendement de 11 tMS/ha, permet un gain de 700 € (2 €/1 000 l). Dans la même conjoncture, le gain est de 5 €/1000 l si la luzerne remplace une part d’ensilage d’herbe et un peu de maïs. Et l’augmentation du prix des aliments renforce encore l’intérêt de la luzerne.

Ainsi, avec un correcteur azoté à 500 €/t, l’impact de l’introduction de luzerne à la place de maïs est de +4 à +6 €/1 000 l et celui de l’introduction de luzerne à la place d’herbe récoltée et d’un peu de maïs atteint +7 à +9 €/1 000 l. La simulation indique un léger avantage au remplacement à la fois de surfaces fauchées et d’un peu de maïs par rapport à la substitution exclusive maïs-luzerne.

Si le maïs ensilage est de très bonne valeur énergétique, le remplacement d’un peu de maïs par de la luzerne n’entraîne pas d’augmentation de la consommation de céréales et l’impact économique est encore amélioré de 4-5 €/1 000 l.

Enfin, « une tonne de luzerne en plus ou en mois par hectare, soit +/-10 % du rendement, a un impact de 2 à 3 €/1000 l, ce qui souligne l’importance de la réussite de la culture ».

Un impact travail non négligeable


Le coût de mécanisation de la luzerne est un poste de charge important lié principalement aux multiples récoltes (3 à 4 par an). En termes de temps de travail, selon le mode de récolte, ce temps varie de 11 à 15h/ha contre 7 à 9 h/ha pour le maïs. « Ce n’est donc pas un facteur négligeable, souligne Jean-Claude Huchon, d’autant plus que les interventions se font souvent tôt le matin, juste après la traite, à une période où il y a déjà des ensilages, que le matériel n’est pas toujours disponible… »

Le coût hors main-d’oeuvre est également supérieur. Une approche du coût de mécanisation sur une première coupe à 4,5 tMS/ha a été réalisée à partir du barème d’entraide (BCMA). Il intègre le coût du tracteur, des outils attelés, de l’ensileuse et du carburant.
Sur cette approche, le foin est le mode de récolte le moins coûteux (150 E/ha) mais le plus gourmand en temps (3 h 10/ha). L’enrubannage est le mode de récolte le plus coûteux (200 E/ha), avec également 3h/ha de temps de travail. L’ensilage est le moins gourmand en temps (2 h 10/ha) et le moins coûteux (170 E/ha), l’utilisation d’un conservateur pouvant toutefois augmenter fortement le coût de la matière sèche stockée.

Au final, pour une luzerne à 10 tMS/ha exploitée en quatre coupes (ensilage, foin, foin, enrubannage), le coût total de récolte s’élève à 570 E/ha, soit 57 E/tMS. En comparaison, les frais de récolte, transport et stockage pour un maïs à 10 tMS/ha sont de 20 à 25 E/tMS.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière