Aller au contenu principal
Font Size

Coproduits de l´agro-industrie
La glycérine intéresse les fabricants d´aliment du bétail


Outre le tourteau de colza, la filière diester va également générer un autre coproduit, la glycérine. Il s´agit d´un produit visqueux, appétent et très riche en énergie (1,3 UFL/kg MS). « Son profil fermentaire est de type amidon rapide, et n´a donc rien à voir avec celui du propylene-glycol, précise Jean-Marc Aubret, responsable formulation chez Techna. La majorité des glycérines que l´on trouve sur le marché affichent des teneurs de 90 % de glycérol. »
Actuellement peu disponible
Ce produit présente des propriétés nutritionnelles proches de celles de la mélasse. D´après différents travaux allemands, l´apport de glycérol dans les rations s´accompagne d´une augmentation de l´ingestion, qui se traduit par une légère augmentation de la production laitière, et sans effet notable de dilution des taux. Les quantités consommées peuvent atteindre 1 kg par vache et par jour.
L´Afssa a dernièrement rendu un avis favorable quant à l´utilisation de la glycérine comme matière première en alimentation animale, à condition qu´elle titre « au minimum à 80 % de glycérol et au maximum à 0,5 % de méthanol » et « dans la mesure où elle n´excède pas 10 % d´un aliment complémentatire standardisé à 88 % de matière sèche ». Seul défaut : la glycérine est difficilement granulable. Cette limite technologique fait l´objet de travaux de recherche au sein de Tecaliman.

Début 2007, les volumes produits en France s´élèvent à 50 000 tonnes, ils devraient approcher 220 à 250 000 tonnes d´ici 2009. « Les fabricants d´aliments sont prêts à recourir à cette nouvelle matière première, mais aujourd´hui on manque de disponibilité. » Malgré l´augmentation des volumes produits, le gisement s´est tari suite à des exportations massives vers l´Allemagne sur des débouchés traditionnels de la glycérine (cosmétique, lipochimie, etc.). De plus, de nouveaux débouchés plus rémunérateurs se profilent avec le développement de polymères de surface. « Près de 80 % nous échappent aujourd´hui, mais il n´est pas exclu que la glycérine revienne en alimentation animale à moyen terme. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière