Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La gestion du livre généalogique par les OS crée des remous

À moins d’un an de l’entrée en vigueur du règlement zootechnique européen, la gestion du livre généalogique des races se révèle plus délicate que prévu.

Sans certification de parenté, les performances d’un animal ne sont pas reconnues officiellement (pas d’indexation). Privé de pedigree, l’animal en question ne peut pas être exporté. En soulignant que la gestion du livre généalogique incombait à chaque organisme de sélection (OS), « le ministère de l’Agriculture a jeté un pavé dans la mare », selon Bruno Béchet président de Prim’Holstein France et Albéric Valais, le directeur de l’OS de la race Normande. Ces derniers mettent notamment en avant le surcoût que cela va engendrer lorsqu’il y a plusieurs OS dans une race. " Il faudra mettre en place un système informatique pour attribuer chaque animal à un ou plusieurs livres." Cela sera le cas en Prim’Holstein, en Montbéliarde et peut-être aussi en Normande. Et la situation se corse lorsqu’il y a plusieurs races dans un même élevage. "Il faudra également ajouter les frais de gestion lorsqu’un animal d’un livre A passera dans un livre B", souligne Bruno Béchet.

Un impact économique difficile à évaluer

Pour autant, Philippe Maitre, le directeur de Montbéliarde association, relativise la portée de ce point réglementaire. « La gestion du livre généalogique par les OS n’est pas une nouveauté en soi. Cela ne changera pas l’organisation prévue dans notre race à savoir la délégation par les trois futurs OS (Umotest, Jura-Bétail et Montbéliarde sélection) de sa gestion à Montbéliarde association. Il faudra en revanche faire évoluer les outils informatiques pour bien séparer les trois livres généalogiques. »

L’impact économique pour les éleveurs est difficile à mesurer aujourd’hui reconnaît cependant Philippe Maitre. Par ailleurs, la valorisation des données collectées dans les élevages restant incontournable pour indexer les mâles et les femelles, comment fera-t-on pour ne pas exclure du dispositif les élevages qui ne voudront pas adhérer à un voire plusieurs organismes de sélection ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Réagir dès les premières mouches pour éviter la prolifération
Une lutte réussie contre les mouches doit être anticipée, commencer tôt et s’inscrire dans la durée. Il est illusoire de croire…
Vignette
«Le boviduc ouvre la voie aux pâtures sous la route»
Au lieu de traverser la route, matin et soir, neuf mois par an, les vaches de Philippe et Olivier Postec empruntent désormais un…
Vignette
Production laitière : doper le taux butyreux par l’alimentation
Augmenter rapidement le TB, c’est possible par l’alimentation. Certaines rations sont plus favorables mais il faut surtout…
Vignette
Bien penser l'abreuvement des vaches
Une vache laitière consomme de l’eau en grande quantité et rapidement. La disponibilité en eau peut se révéler un facteur…
Vignette
"Mes niches à veaux sur sable sont faciles à nettoyer"

"Les nouveau-nés, jusqu'à 15 jours maximum, sont élevés dans des niches à veaux que nous avons…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière