Aller au contenu principal

AOC Salers
La gerle en bois réhabilitée

L´Afssa vient de trancher le débat sur l´utilisation de la gerle en bois pour l´AOC Salers, en estimant qu´elle n´est pas une entrave à la maîtrise des risques sanitaires.


La filière de l´AOC salers devrait y voir plus clair quant au droit d´utiliser la gerle en bois (cuve traditionnelle de transport du lait et de fabrication), dont l´emploi est rendu obligatoire par le cahier des charges mais soumis à dérogation réglementaire. Des difficultés sanitaires en 2004 avaient conduit l´administration à retirer cette dérogation et contraint la filière a demander à l´Inao une autorisation temporaire pour utiliser des cuves en inox. Une situation quelque peu ubuesque qui devrait trouver son épilogue avec l´avis favorable rendu récemment par l´Afssa.
Pour la fabrication de salers, l´usage de la gerle en bois est de nouveau de rigueur. ©B. Griffoul

Améliorer la maîtrise sanitaire
L´Agence de sécurité sanitaire des aliments conclut en effet que le refus de dérogation « ne paraît pas pertinent puisqu´il ne permettra pas de réduire le risque sanitaire » lié au staphylocoque doré dont le niveau élevé « observé dans les fabrications de salers est inhérent au type technologique de ce fromage, qu´il soit fabriqué avec ou sans gerle ». Par contre, l´agence recommande de « prendre des mesures pour améliorer l´état sanitaire des troupeaux, et particulièrement pour traiter les mammites à staphylocoques » et considère que « l´utilisation de la gerle ne se conçoit que lorsque la maîtrise générale de l´hygiène de la traite et de la santé des animaux est effective ». C´est donc à la source que le problème doit être réglé, ce que la filière avait intégré dès les premières difficultés en mettant en place un plan de maîtrise des risques qui devrait être encore renforcé.
L´Afssa dresse une liste de recommandations sanitaires et d´expérimentations à mener pour améliorer l´entretien de la gerle. Au vu de cet avis circonstancié et des mesures décidées par la filière, Michel Lacoste, président du Comité interprofessionnel des fromages (cantal, salers) espère « une gestion plus souple » de la dérogation par l´administration sanitaire, afin que « tous les producteurs qui ont démontré la volonté d´amélioration » puissent retrouver le droit d´utiliser la gerle et donc de produire du salers.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière