Aller au contenu principal
Font Size

AOC Salers
La gerle en bois réhabilitée

L´Afssa vient de trancher le débat sur l´utilisation de la gerle en bois pour l´AOC Salers, en estimant qu´elle n´est pas une entrave à la maîtrise des risques sanitaires.


La filière de l´AOC salers devrait y voir plus clair quant au droit d´utiliser la gerle en bois (cuve traditionnelle de transport du lait et de fabrication), dont l´emploi est rendu obligatoire par le cahier des charges mais soumis à dérogation réglementaire. Des difficultés sanitaires en 2004 avaient conduit l´administration à retirer cette dérogation et contraint la filière a demander à l´Inao une autorisation temporaire pour utiliser des cuves en inox. Une situation quelque peu ubuesque qui devrait trouver son épilogue avec l´avis favorable rendu récemment par l´Afssa.
Pour la fabrication de salers, l´usage de la gerle en bois est de nouveau de rigueur. ©B. Griffoul

Améliorer la maîtrise sanitaire
L´Agence de sécurité sanitaire des aliments conclut en effet que le refus de dérogation « ne paraît pas pertinent puisqu´il ne permettra pas de réduire le risque sanitaire » lié au staphylocoque doré dont le niveau élevé « observé dans les fabrications de salers est inhérent au type technologique de ce fromage, qu´il soit fabriqué avec ou sans gerle ». Par contre, l´agence recommande de « prendre des mesures pour améliorer l´état sanitaire des troupeaux, et particulièrement pour traiter les mammites à staphylocoques » et considère que « l´utilisation de la gerle ne se conçoit que lorsque la maîtrise générale de l´hygiène de la traite et de la santé des animaux est effective ». C´est donc à la source que le problème doit être réglé, ce que la filière avait intégré dès les premières difficultés en mettant en place un plan de maîtrise des risques qui devrait être encore renforcé.
L´Afssa dresse une liste de recommandations sanitaires et d´expérimentations à mener pour améliorer l´entretien de la gerle. Au vu de cet avis circonstancié et des mesures décidées par la filière, Michel Lacoste, président du Comité interprofessionnel des fromages (cantal, salers) espère « une gestion plus souple » de la dérogation par l´administration sanitaire, afin que « tous les producteurs qui ont démontré la volonté d´amélioration » puissent retrouver le droit d´utiliser la gerle et donc de produire du salers.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière