Aller au contenu principal
Font Size

François Guégan, président de l’Organisme de sélection Prim’Holstein
LA GÉNOMIQUE VA CHANGER LES RELATIONS ENTRE CIA ET ÉLEVEURS

Les premiers taureaux issus de la sélection génomique pourraient être commercialisés dès la sortie d’index de juin. Une révolution historique dans la sphère du progrès génétique.

« La
propriété
de
l’information
issue du
génotypage
est une
question
de fond
qui devra
être
réglée. »
« La
propriété
de
l’information
issue du
génotypage
est une
question
de fond
qui devra
être
réglée. »
© DR

La sélection génomique va-t-elle révolutionner le monde de la sélection, comme ce fut le cas avec l’insémination artificielle ?

Oui, parce qu’elle représente une évolution majeure permettant d’affiner le choix des taureaux et des souches femelles.Avec la sélection assistée par marqueurs génétiques de première génération (SAM 1, utilisée de 2000 jusqu’à 2007), on pouvait déjà sélectionner des animaux mais sur un nombre restreint de caractères. Et les animaux devaient appartenir à la même famille génétique. Depuis 2008, avec la SAM de deuxième génération (SAM 2), on peut évaluer le potentiel génétique de tous les animaux d’une même race partout dans le monde à partir d’un simple échantillon de sang. On va pouvoir travailler sur plus de caractères de manière plus fiable, notamment sur les caractères fonctionnels tels que la fertilité, la résistance aux mammites… On pourra également utiliser des taureaux beaucoup plus jeunes. Par ailleurs, la SAM 2 est un bon moyen pour découvrir de nouvelles souches et donc améliorer la variabilité génétique. À terme, la sélection génomique devrait permettre de diminuer le coût des programmes.

Est-ce pour autant la fin du testage sur descendance ?

Non, je ne crois pas. En tout cas pas dans un premier temps. Je pense que les éleveurs vont utiliser à la fois des taureaux issus de la sélection génomique et des taureaux confirmés issus du testage sur descendance. Il y aura par contre beaucoup moins de taureaux achetés aux éleveurs sélectionneurs pour être testés ensuite sur descendance, parce que la sélection génomique permet de faire une présélection. Jusqu’ici, les entreprises de sélection achetaient plusieurs jeunes taureaux issus du même montage génétique pour les tester sur descendance. Avec la sélection génomique, ce ne sera plus le cas. On pourra savoir par exemple quel plein frère a le plus de potentiel génétique.

Les partenariats entre entreprises de sélection et éleveurs sélectionneurs vont-ils être profondément modifiés ?

Aujourd’hui, le coeur du débat est en effet de savoir comment les entreprises de sélection vont adapter leurs relations contractuelles avec les éleveurs sélectionneurs pour continuer à les motiver. S’il y a moins de taureaux à entrer en testage, cela veut dire que les éleveurs sélectionneurs vendront moins de mâles. Or le travail sur des souches génétiques demande beaucoup d’efforts et d’investissements à la fois en temps, en argent et en énergie. Les entreprises de sélection réfléchissent beaucoup depuis quelques mois à la meilleure façon d’entretenir leur partenariat avec les sélectionneurs dans le cadre de ce nouveau contexte. Cela promet des débats passionnants et passionnés au sein de l’Organisme de sélection (parlement de la race qui a remplacé l’Upra). Mon souci en tant que président de l’OS est que ce débat soit constructif et qu’il n’y ait pas d’oppositions entre les éleveurs sélectionneurs et les utilisateurs de la génétique.

La concurrence en Holstein ne risque-t-elle pas d’être forte ?

Effectivement, d’autres pays, comme par exemple les Pays-Bas et les Etats-Unis, sont dans la course. Ils pourraient proposer de génotyper des vaches ou des taureaux dans des élevages français. La propriété de l’information concernant le génotypage des animaux est donc la seconde question centrale qui reste à régler. À qui appartient l’information ? À l’éleveur propriétaire de la vache souche, aux entreprises de sélection qui ont investi dans la recherche sur le génotypage ? Toutes ces questions vont être débattues. ■

Identité

François Guégan est le président de l’Organisme de sélection (OS) de la race Prim’Holstein depuis juillet 2008. Eleveur laitier dans les Côtes-d’Armor (une cinquantaine de Prim’Holstein à 9000 kg) et adhérent à l’association Prim’Holstein- France (ex-Upra), François Guégan va occuper le poste de président de l’OS pendant trois ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière