Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La génomique au service de la santé animale

Santé du pied, acétonémie… depuis son avènement en 2009, la génomique a permis d’évaluer de nouveaux caractères autour de la santé et offre beaucoup d’autres perspectives.

La valorisation des carnets sanitaires offre un gros potentiel, mais il y a beaucoup de tri à faire dans les informations.
© S. Leitenberger

L’analyse du génome permet aujourd’hui d’évaluer une quarantaine de caractères (production, morphologie, index fonctionnels…). Les possibilités offertes par cette technologie, en particulier à la sélection sur des critères de santé, sont un de ses grands atouts. D’autant que la fiabilité des index « fonctionnels » est correcte chez les mâles comme les femelles.

Le groupe Evolution va publier deux nouveaux index dédiés à la santé du pied dans un premier temps pour les races Prim’Holstein et Pie Rouge lors de l’indexation de décembre 2017. Ces index ont vu le jour dans le cadre du programme Génosanté (1). Ils vont compléter les index acétonémie et un index de synthèse santé proposés depuis août 2016 pour les races Prim’Holstein, Normande et Pie-Rouge. Dans l’index de synthèse santé, l’acétonémie, la reproduction et la santé de la mamelle pèsent chacun 30 % et la longévité 10 %.

Deux nouveaux index santé du pied chez Evolution

De son côté, Gènes Diffusion publie deux prédicteurs de la santé du pied depuis 2014. Le groupe, en partenariat avec l’université néerlandaise de Wageningen, avait sorti un prédicteur de synthèse dénommé « résistance aux lésions ». Ce dernier intègre les résistances à l’ulcère de la sole (50 %), à la dermatite (25 %), à la bleime (20 %) et à la limace (5 %). Il est intégré à hauteur de 12,5 % dans l’index de synthèse GD Merit publié par Gènes Diffusion. Le prédicteur « robustesse du pied », caractérise les animaux en fonction de leur besoin de parage. « Nous avons enregistré de nouvelles données autour de la santé du pied. Elles serviront soit à améliorer la précision des prédicteurs actuels et éventuellement à en calculer d’autres », précise Amélie Vallée de Gènes Diffusion. Le groupe travaille également sur d’autres caractères sans donner plus de précisions.

Ces deux exemples illustrent une tendance de fond à savoir la « privatisation » d’un certain nombre d’index. Reste à espérer que les prédicteurs de santé du pied proposés par Gènes Diffusion et Evolution seront corrélés positivement. On imagine mal qu’un même taureau puisse avoir une valeur d’index très différente selon la source de l’évaluation génétique du caractère.

Les aplombs seront également à l’honneur en race Normande en 2018 avec la publication d’un nouvel index aplombs et de nouveaux index élémentaires autour des aplombs (qualité de l’articulation, parallélisme, angle du pied et locomotion).

Gros enjeu autour du phénotypage

Reste qu’à l’instar du testage sur descendance, la sélection génomique s’appuie sur une collecte de données fiables et suffisantes dans les élevages. « Le facteur limitant pour indexer de nouveaux caractères ce n’est pas le génotypage mais le phénotypage. C’est devenu un enjeu majeur, confirme la généticienne. La valorisation des carnets sanitaires offre un gros potentiel, mais il y a beaucoup de tri à faire dans les informations. » Les données récupérées dans les élevages par les robots de traite, les outils de monitoring… sont également une source importante de phénotypages mais encore sous exploitée. « Ces données ne sont pas simples à valoriser. Le paramétrage des outils diffère selon les marques de robots et il faut pouvoir accéder aux données », souligne Roxane Vallée.

(1) Rassemble dix partenaires : Evolution, Elitest, Auriva, BCEL-Ouest, Seenergi, Eylips, l’Inra, Allice, l’Institut de l’élevage et Agrial.

D’autres pistes à explorer

« La résistance à la paratuberculose, la mortalité des jeunes, le parasitisme… sont autant de pistes restant à explorer, indique Roxane Vallée du département génétique de l’Institut de l’élevage. Il existe un projet (Piscar) qui étudie la résistance à la paratuberculose, notamment chez les bovins. Le projet prévoit de rechercher les mutations candidates pour ce caractère dans les deux races Normande et Prim’Holstein. Il se termine à la fin de l’année. Il n’est pas prévu de réaliser une indexation dans le projet, mais si les personnes impliquées arrivent à mettre en évidence une forte composante génétique, ce sera peut-être envisagé par la suite."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les incendies vont accentuer le déclin de la production laitière australienne.  © beau/stock.adobe.com
Lait : la production australienne mal en point

Les incendies que l'Australie subit depuis novembre 2019 ont particulièrement frappé le Sud-Est du pays…

 © J.-C.Gutner - archives
Prix du lait : Des accords tarifaires prometteurs

Trois grandes annonces d'accord tarifaire entre un transformateur laitier et un distributeur ont été…

logo Sodiaal
Label Bas Carbone : Sodiaal annonce 95 fermes laitières engagées en 2020
En 2020, ces exploitations de la coopérative Sodiaal font partie d'un projet pilote de labellisation de la réduction de leur…
Négociations commerciales 2020 : la coopération laitière contate des avancées mais...
Si les négociations commerciales se déroulent dans un climat apaisé avec certaines enseignes de la distribution, les attentes…
Rien que dans le Maine-et-Loire, 5 500 sangliers ont été prélevés en 2018, 6 600 en 2019. Il y a eu 194 dossiers d’indemnisation en 2018 et il y en avait déjà 223 en novembre 2019. © D. Granger
Dégâts de cultures : Tous d'accord pour réguler les populations de sangliers !
Face aux dégâts agricoles croissants, agriculteurs, forestiers et chasseurs s’accordent désormais sur la nécessité de réduire le…
carte des prix du lait de décembre 2019 dans le monde
Prix du lait en décembre 2019 : la hausse se poursuit
En Europe, la tendance à la hausse se poursuit, mais timidement. Les quelques annonces pour janvier sont à la stabilité des prix…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière