Aller au contenu principal

La future PAC et ses effets régionaux

Les premières simulations du service économique de la chambre d'agriculture de Normandie portent sur les effets des aides couplées, de l'écorégime...

L'effet total – avec un écorégime uniforme à 64 €/ha, la convergence, et les nouvelles aides couplées à l'UGB et végétales.
L'effet total – avec un écorégime uniforme à 64 €/ha, la convergence, et les nouvelles aides couplées à l'UGB et végétales.
© Chambre d'agriculture de Normandie

Avec les informations disponibles début octobre, le service économie de la chambre d'agriculture de Normandie a évalué, pour les départements de la métropole, l'impact de la convergence du paiement de base (DPB), de l'écorégime et des aides couplées.

Dans la future PAC, le paiement de base continue à converger, de 70 à 85 %. Cette convergence va de nouveau avantager les régions qui partaient en 2014 d'un faible niveau de DPB par hectare, le Sud-Est notamment. Et elle pénalise les régions partant d'un niveau élevé, notamment le nord de Paris, l'Alsace, les Côtes-d'Armor, l'Ille-et-Vilaine et la Mayenne.

Convergence due à l'écorégime forfaitaire

Contrairement au paiement vert de l'ancienne PAC, le montant de l'écorégime ne dépend pas du niveau du paiement de base. C'est un forfait à l'hectare. Aussi, il aura un effet négatif si l'agriculteur avait des DPB élevés, et à l'inverse un effet positif s'il bénéficiait d'un DPB faible. Les mêmes départements sont concernés, positivement ou négativement, par cette convergence induite par cet écorégime forfaitaire.

Dans la simulation, une valeur moyenne de 64 €/ha est prise pour l'écorégime (enveloppe totale divisée par les hectares admissibles). Ainsi, entre ceux qui n'arriveront pas à déclencher le niveau 1 de l'écorégime et ceux qui atteindront le niveau 2 (82 €/ha pour l'instant), l'écart est important. 

Les aides couplées évoluent également. Il y aura un accroissement de l'enveloppe dédiée aux aides végétales, prises sur les aides animales. Les aides bovines actuelles sont remplacées par une aide à l'UGB, différenciée entre une UGB « viande » et une UGB « lait », plafonnée en effectif et en chargement. Les variations seront comprises entre +/- 15 €/ha, en faveur des zones laitières et aux dépens des zones allaitantes.

En cumulant ces mesures, l'effet total – avec un écorégime uniforme à 64]]>€/ha – est que les zones allaitantes sont les plus pénalisées : -20 €/ha et au-delà. Le Nord de la France se situe entre -15 et -20 €/ha. La Bretagne perd des aides (-3 à -15 €). La Manche en gagne (+3 à 4 €). Le Sud-Est est gagnant, ainsi que la Franche-Comté qui bénéficie de la convergence. Mais capter ou non l'écorégime pourra creuser des écarts.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Les incertitudes - météo, Covid-19, demande chinoise - pèsent sur les équilibres des marchés laitiers.
Les prix des produits laitiers très élevés en octobre novembre
Les cotations de beurre, crème, poudre de lait, de lactosérum, fromages européens... affichaient des niveaux particulièrement…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière