Aller au contenu principal

Appellation d'origine protégée
La Franche-Comté prépare l’après-quota en cinq axes

L’AOP comté s’ouvre chaque année à de nouveaux producteurs de lait. À cela s’ajoutent, les attributions de quotas de l’Union européenne et de la réserve. Enfin, certaines années comme celle que nous traversons, les bonnes récoltes fourragères font monter les livraisons de lait. Fin août, le CIGC (l’ODG organisme de défense et de gestion du comté) chiffrait la hausse de production laitière à +3,7% sur les douze derniers mois.


La filière comté est confrontée à des excédents

Certes, les ventes de comté progressent (+2,8% sur les douze derniers mois). Sur les dernières années, elles augmentent en moyenne de 1,5 à 2% par an. Mais cela ne suffit pas. Depuis l’an dernier, la filière comté est confrontée à des excédents. Le plan de campagne comté prévoit un mécanisme de crise.

Pour 2011-2012, il conduit à une minoration d’environ 5% des droits à produire (plaques vertes) attribuées aux fabricants de comté. « Cela correspond environ à 25 millions de litres de lait déclassé. C’est beaucoup, et les autres AOP de la région (morbier, mont d’or…) ne pourront pas absorber tous ces volumes » , indique Bernard Marmier, président de la FDCL du Doubs et représentant Franche-Comté à la FRCL Alpes Jura Cantal. D’où la réactivation du GIE lait comtois dès cet été.

Ce GIE a été créé en 2009 pour commercialiser les laits excédentaires qui ne peuvent être absorbés par les filières traditionnelles. Jusqu’à présent, il n’y avait pas eu besoin de l’activer. Cet été, le GIE a vendu du lait spot sur l’Italie. « Nous avons peut-être besoin d’outils, de partenariats, pour être en mesure de faire du dégagement », se projette Bernard Marmier.


Un cahier des charges plus contraignant

La filière s’attend, avec les hausses de quota européen, puis avec la fin des quotas, à ce que le potentiel de production progresse encore. « Tout l’enjeu est de parvenir à maîtriser les équilibres offre demande, dans le respect des règles concurrentielles. Nous travaillons cinq pistes pour y parvenir. La première est aboutie, avec la révision du cahier des charges comté qui a renforcé les contraintes de production de lait. Cela devrait nous éviter une explosion de la production.

La deuxième piste est l’effort pédagogique à mener pour que la préservation de l’équilibre offre demande soit une préoccupation de tous les instants.

La troisième est la demande des filières AOP de Franche-Comté au bassin Grand-Est de limiter les attributions de quotas à leurs exploitations.

La quatrième est de renforcer la présence à l’international, avec une politique export plus agressive.

Et la cinquième est la mise en place dans certaines coopératives, d’un système de volumes prix différenciés. Nous veillerons à ce que ne s’installe pas une double politique dans les exploitations : un volume pour les AOP et un pour le dégagement. Cela constituerait un risque de dérapage important», conclut Jean-Jacques Bret.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © A. Courcoul
« Nous avons testé des matelas à eau pour nos vaches »
Gérard et Amélie Courcoul, en Gaec en Loire-Alantique, ont équipé leurs 200 logettes de matelas à eau, depuis mars 2019.
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière