Aller au contenu principal

La France peut-elle continuer à limiter seule sa production?

La gestion de l’augmentation des quotas diffère fortement selon les pays. Mais la France est la seule à limiter volontairement sa production laitière.

Globalement, au niveau de l’Union européenne, les sous-réalisations laitières augmentent d’année en année (3,8 % en 2008-2009). Les livraisons de lait continuent à progresser légèrement, mais elles ne suivent pas l’augmentation des quotas. La mise en parallèle des courbes de livraisons et d’évolution des quotas sur les neuf dernières campagnes, pays par pays (étude Cniel), montre des évolutions radicalement différentes. Un certain nombre d’entre eux (Royaume-Uni, Suède, Finlande) ont manifestement lâché prise comme en témoignent leurs sous-réalisations structurelles qui vont s’amplifiant. Pour d’autres (Grèce, Slovénie, Slovaquie), le décrochage est plus récent mais paraît néanmoins irréversible. Quelques-uns enfin, récemment rentrés dans l’Union européenne (Pays Baltes, Hongrie…), sont en sous-réalisation structurelle mais leur collecte continue à progresser. A l’opposé de ces pays en déclin ou en devenir, quelques autres, qui ne sont pas parmi les moindres, ont décidé de produire la totalité de leur quota. Ils se préparent à la libéralisation de la production. La Belgique et le Danemark collent parfaitement à leur référence avec une gestion fine qui leur évite des pénalités. Mais, ils ont de la réserve sous le pied. En revanche, l’Allemagne et les Pays-Bas, sont en dépassement quasi chronique malgré l’augmentation des quotas.

Pas de frein de la production en Allemagne, qui est en dépassement quasi-permanent

Reste enfin les pays en situation intermédiaire. Leurs livraisons se maintiennent peu ou prou mais ils n’arrivent pas à suivre l’augmentation du quota et voient leur sous-réalisation s’accroître. Dans ce groupe, l’Espagne et l’Irlande mais aussi la France. Notre pays est néanmoins un cas particulier car cette sous-réalisation est en grande partie volontaire. C’est particulièrement vrai pour la campagne en cours avec l’option « double zéro ». « Ce choix a permis d’assainir le marché, mais il peut difficilement être tenu sur la durée parce que cette vision française de la gestion offre/demande n’est pas partagée », analyse Benoît Rouyer, auteur de l’étude du Cniel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière