Aller au contenu principal
Font Size

Aide laitière couplée
La France doit faire vite


Comment maintenir la production laitière en région de montagne dans un contexte de suppression des quotas et de libéralisation des marchés ? « La France doit demander sans tarder à la Commission européenne de proposer en mai, dans le cadre du bilan de santé, une aide directe supplémentaire couplée au lait. La Commission est prête à accepter l´idée de cette aide pour l´ensemble des régions défavorisées à dominante économie laitière », affirme Jean-Pierre Carlier, consultant et expert auprès de la Commission européenne et de l´OMC. Faute de quoi la production laitière en montagne sera, selon lui, réduite de moitié en 2022 par rapport à celle d´aujourd´hui et les trois quarts des producteurs disparaitront.
« Une aide à l´hectare d´herbe, même importante, ne garantira pas à elle seule le maintien de l´activité laitière après la suppression des quotas ». Il estime qu´une aide couplée de 27-30 euros par 1000 litres serait nécessaire, et que son coût serait modeste au niveau de l´Union européenne.
Au travers de ce débat couplage-non couplage, la Commission doit décider si elle veut privilégier une activité économique à valeur ajoutée en montagne, ou si elle veut cantonner la montagne à un rôle environnemental et touristique.


Nécessaire au maintien de la production en montagne
Aucun des États membres n´est a priori opposé à l´idée d´une prime à l´hectare d´herbe majorée en montagne. Il n´en va pas de même pour une aide laitière couplée. En France, le sujet est très sensible. Il oppose dans un bras de fer le secteur des grandes cultures et celui de l´élevage. Et divise aussi le secteur laitier en opposant le Grand Ouest à la montagne. Pour Jean-Pierre Carlier, « il est très important que le dispositif figure dans les propositions de la Commission du 20 mai sous forme de règlement, car il sera par la suite très difficile à réintroduire ». Le Conseil des ministres demande généralement plutôt des ajustements ou compléments à la Commission qu´un changement d´orientation politique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière