Aller au contenu principal
Font Size

La FNPL  propose une "charte de valeur"  en 2016

Générer un prix rémunérateur pour tous les maillons de la filière avec une répartition de la valeur ajoutée juste et équitable, telle est l'ambition de la FNPL en proposant une "charte de valeur" commune avec les distributeurs et les transformateurs.

 « La FNPL propose une "charte de valeur" qui permette l’établissement d’un prix de filière permettant à  tout le monde de vivre décemment ».  Pour son trésorier, André Bonnard, la Fédération nationale des producteurs de lait entend pérenniser le travail accompli en 2015 lors des tables rondes organisées au ministère de l'Agriculture, dans un marché « régulé et non déconnecté du marché mondial ». Avec un peu plus de transparence tout de même. La FNPL estime qu’en 2015, suite aux accords de l’été, les producteurs ont touché 120 millions d’euros sur les 320 millions récupérés auprès de la grande distribution. En 2016, le syndicat cible un prix de base de 340 euros par 1000 litres pour couvrir les coûts de production.  Pour prolonger le travail effectué en 2015, l’objectif est désormais d’élargir la négociation à un plus grand nombre de produits et de mobiliser la restauration hors foyer.

Une formalisation de la charte annoncée pour le 15 janvier

La FNPL évalue le prix moyen de base du lait payé au producteur en 2015 à 307 euros les 1000 litres contre 365 euros en 2014.  Le président de la FNPL, Thierry Roquefeuil, s’est interdit de donner des chiffres sur les revenus des producteurs de lait en 2015. Selon l‘Institut de l’élevage, la baisse est attendue à 40% pour un revenu prévisionnel comparable à celui de 2009, une baisse du prix du lait de 50 euros les 1000 litres générant une perte de recettes de 13 600 euros par unité de main-d’œuvre. Pour les éleveurs de montagne la baisse serait de 50%.

Pour Thierry Roquefeuil, «  le compte n’y est pas ». Le marché intérieur qui valorise 55 % du lait français, et même 85% en incluant les exportations vers l’Union européenne, devrait conduire à de meilleurs prix. Pour le président de la FNPL, en 2015, alors que l’Irlande et les Pays-Bas affichaient des hausses d’environ +10%, les producteurs français, en n’augmentant pas leurs livraisons, ont évité des charges supplémentaires aux entreprises. Le relevé des prix payés aux producteurs dans les plus grandes coopératives européennes confirme le niveau inférieur des prix en France.

La formalisation de la charte est prévue pour le 15 janvier. Le début d’année 2016 devrait révéler les premiers résultats de l’audit sur la contractualisation. Au-delà de ces échéances proches, la FNPL demande un plan à dix ans pour une filière « source d’emplois et génératrice de richesse ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière