Aller au contenu principal
Font Size

Etats-Unis
La fin de l´hormone laitière semble inéluctable en 2008

La chaîne de cafés Starbuck a été la première à exiger du lait provenant de troupeaux non traités à la BST. Les chaînes de distribution et les laiteries ont emboîté le pas.


Depuis son autorisation par la Food and drug administration (FDA) en 1993, l´hormone laitière était largement utilisée aux États-Unis. Elle figurait parmi les techniques d´augmentation de la production laitière au même titre que les trois traites par jour ou la ration complète. Aujourd´hui, cette technique est en voie de disparition. Pourtant la réglementation officielle continue d´affirmer qu´il n´y a pas de différence entre les laits issus de vaches traitées ou non traitées à la BST. Pourquoi ce retournement ?
Sous la pression des consommateurs
Les consommateurs américains n´avaient pas été consultés sur l´opportunité de la mise en marché de la BST, mais faisaient sans doute globalement confiance à la FDA. Puis, au fil des années, les enquêtes consommateurs ont montré une demande croissante pour le lait bio (sans BST) et une défiance croissante pour le lait courant, notamment pour les enfants et les adolescents.
Le déclic semble avoir eu lieu en 2001 lorsqu´une association de consommateurs bio a organisé des manifestations dans une centaine de villes devant les Starbuck café, une chaîne de cafés « branchés ». Sous la pression des actionnaires, cette chaîne a alors décidé de servir du lait et des crèmes glacées provenant de lait de troupeaux n´utilisant pas la BST. Face à une demande croissante de « lait sans hormone », plusieurs groupes laitiers ont voulu exploiter ce créneau, mais ils ont été rappelés à l´ordre par la FDA. Cette mention « sans hormone » était considérée comme de la publicité mensongère puisqu´on ne peut pas différencier les deux types de lait et que le lait des vaches traitées contient lui aussi des traces d´hormones naturelles. Cependant, la FDA a entrouvert la porte en précisant qu´elle tolèrerait la double mention : « lait issu de vache non traitée à la BST » et « aucune différence n´a pu être mise en évidence entre le lait de vache traitée ou non traitée à la BST ». La brèche était ouverte.
Injection en série de BST dans un élevage californien de 4 000 vaches. Le traitement nécessite une injection tous les 15 jours ! ©A. Conté

Un étiquetage qui sert de révélateur
Malgré la pétition de 500 producteurs utilisateurs de BST sur le thème de publicité mensongère et discriminatoire envers les autres laits, la FDA n´a pas changé sa position (ambiguë). Ce qui a permis une accélération du mouvement de protestation des consommateurs entraînant une implication des chaînes de supermarché et de l´industrie laitière. Ainsi, à l´automne 2007, la plupart des chaînes de distribution (Safeway, Wallmart, Whole Food.) présentent des laits avec la double mention, parfois exclusivement ou à côté du bio, le plus souvent dans un conditionnement différent du lait conventionnel.
Parallèlement de nombreux industriels et groupes coopératifs laitiers ont annoncé à la presse et aux éleveurs qu´ils ne ramasseraient plus que le lait de troupeaux dont les éleveurs s´engageaient par écrit à ne plus utiliser la BST. L´union des coopératives laitières de Californie a déjà mis en pratique cette mesure depuis l´été 2007. Kroger, l´un des gros industriels laitiers du Mid West, a annoncé que la mesure serait effective pour février 2008. Sur la côte Est, une partie des laiteries a déjà fait le pas.

La disparition prochaine de l´hormone laitière semble inéluctable et ce, sans faire l´objet de grands débats de presse ou de décision administrative spécifique, malgré les enjeux très importants. Le « virage » de l´industrie laitière est sans doute lié au souci de ne pas entretenir deux circuits de collecte. Quant à la grande distribution, elle y a vu une opportunité de communication, plus que de plus-value à court terme. Face à une demande croissante sur le lait bio et une offre insuffisante, le créneau lait sans BST paraissait plus rapidement accessible et avec un volume très différent.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière