Aller au contenu principal

La fin de l'embargo russe permettrait à l'UE de retrouver ses débouchés dans le secteur laitier

Dans l'hypothèse où l'embargo russe serait levé, l'UE retrouverait très probablement de nouvelles opportunités d'exportations pour ses produits laitiers.

containers
© G. Omnès

L'Union Européenne est la zone qui a été le plus affectée par la baisse des importations russes de produits laitiers depuis la mise en place de l'embargo en août 2014. « D'après nos estimations, la perte du marché russe a été en équivalent lait de l'ordre de 2,05 milliards de litres à l'échelle de l'UE, soit l'équivalent de 1,3% de sa production intérieure », affirme Vincent Chatellier, économiste à l'Inra de Nantes, co-auteur d'une étude sur l'impact de l'embargo russe sur les productions animales.

Les effets ont été d'autant plus importants que la Russie était son premier client juste avant l'embargo, avec de surcroît des importations en croissance régulière. L'Allemagne, la Finlande, les Pays-Bas, la Lituanie et la Pologne sont les Pays les plus affectés. En 2010-2013, l'UE représentait 41% des approvisionnements de la Russie, juste devant la Biélorussie (39%) mais très loin devant les quelques autres fournisseurs que sont la Nouvelle-Zélande, la Suisse, l'Argentine et l'Uruguay (1 à 2% chacun) .

Peu de nouveaux fournisseurs et pas de développement de sa production

Mais dans l'hypothèse où l'embargo serait relevé par les autorités russes et où les ménages gagnerait en pouvoir d'achat, « il est probable que l'UE retrouverait une bonne part de ses débouchés historiques » , affirme-t-il. Car dans le secteur laitier, la Russie n'a pas été en mesure de trouver de nouveaux fournisseurs à la hauteur du repli de ses importations induit par l'embargo; la Biélorussie représente aujourd'hui 73% de ses approvisionnements.

Elle n'a pas non plus été en mesure de développer son offre intérieure de lait, même si le second plan russe d'investissement pour l'agriculture sur la période 2013-2020 place la filière laitière comme l'un des secteurs prioritaires et ambitionne d'accroître la production nationale.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jérôme et Céline Humbert et leurs trois filles Florine, Alix et Olympe. « Notre vie privée et notre vie professionnelle ne sont pas séparées, et cela nous convient bien. » © A. Conté
Le choix de Céline d’abandonner son métier d’institutrice pour les vaches laitières est payant !
En Meurthe-et-Moselle, Céline et Jérôme Humbert ont réussi à mettre en place un système robotisé qui leur permet de produire à…
Les cours de la poudre de lait écrémé se sont stabilisés à des niveaux élevés ; environ 2500 €/t.  © Regilait
Le prix du lait 2021 sera en hausse

Face à la hausse des charges, l'impatience est palpable. La FNPL rappelle que l'an dernier, les…

Sébastien Bonnevialle et Jordan Logier (à gauche), son salarié et futur associé, qui va s’engager dans un stage parrainage de sept mois tout en menant les démarches d’installation. © B. Griffoul
« Notre élevage laitier peut sortir un deuxième revenu avec la même structure »
Après avoir longtemps exploité seul, Sébastien Bonnevialle, en Haute-Loire, projette de s’associer avec son salarié. Si les…
Florent Charpentier. « J’ai vu rapidement des résultats palpables en gérant mieux les vaches taries. » © F. Charpentier
Vaches taries : « Même des choses simples m’ont permis vite de progresser »
En Meurthe-et-Moselle, Florent Charpentier a adopté de nouvelles pratiques pour ses vaches taries depuis quelques mois, sans gros…
Remise symbolique des primes 2020 aux éleveurs laitiers Merci!  © Agromousquetaires
Les éleveurs laitiers Merci ! ont touché une prime de plus de 1,9 million d'euros
Intermarché et Agromousquetaires ont annoncé avoir versé pour l'année 2020 une prime de 1,8 million d'euros aux 257 éleveurs…
La technologie de Zelp est encore en test dans les centres de recherche de Cargill notamment.  © Zelp
Un "masque" pour réduire les émissions de méthane des vaches
C'est plutôt un licol que Cargill et Zelp développent, avec une technologie d'oxydation du méthane rejeté lors de l'expiration…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière