Aller au contenu principal

Marchés
La filière laitière bio recrute des éleveurs

Le marché étant porteur, la filière laitière bio va bientôt être à cours de lait et lance un appel aux éleveurs.


« En Bretagne, tout le lait produit en agriculture biologique est aujourd´hui valorisé en bio ! La filière ne va pas tarder à manquer de lait bio », annonce Inter bio Bretagne.
L´interprofession précise que la consommation, tous produits confondus, est en hausse : les produits bio représentent aujourd´hui 3,6 % du marché alimentaire, mais ils connaissent une progression annuelle de 10 % depuis 1999.

Appel à la conversion
Le baromètre CSA/Agence bio 2006 précise que 43 % des Français consomment des produits bio au moins une fois par mois, 23 % au moins une fois par semaine, 7 % tous les jours. 83 % des consommateurs affirment consommer bio pour préserver l´environnement.
Face à une demande croissante, la production ne suit pas, et les transformateurs et distributeurs sont de plus en plus à la recherche de matières premières. Les produits laitiers suivent les mêmes tendances. « Les laiteries ont besoin de 6 millions de litres de lait bio supplémentaires, par rapport aux 60 millions qu´elles transforment déjà », précise Inter bio Bretagne. La production laitière bio, après avoir bien augmenté entre 2000 et 2004 jusqu´à 228,7 millions de litres, a légèrement baissé pour s´établir à 226,5 millions de litres en 2006.
Pour relancer la production, Inter bio Bretagne cite plusieurs pistes : diminuer la sous réalisation des quotas laitiers des producteurs bio, plus importante que chez les conventionnels ; améliorer les performances techniques ; convertir de nouveaux élevages en agriculture biologique.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière