Aller au contenu principal

Consommation des produits laitiers
La filière communique sur le bien-être, la santé et le plaisir


Face aux différentes attaques dont la matière grasse laitière est la cible, la filière a lancé en 2006 un vaste plan de communication sur trois ans. « Notre est d´associer le bien-être à la consommation des produits laitiers, en commençant par réconcilier la santé et le plaisir dans l´alimentation », indique Patrice Chaumont du Centre de recherches et d´informations nutritionnelles. Une campagne télévisée de promotion collective sur ce thème va voir le jour en 2007.
Cacophonie nutritionnelle
« Aujourd´hui, le consommateur se trouve face à une cacophonie nutritionnelle, où il perd ses repères, détaille t-il. L´aliment n´est pas uniquement vecteur de nutriments, il faut aussi prendre en compte ses dimensions socio-culturelles et psychologiques. Le plaisir de la table et la convivialité font partie intégrante de notre modèle alimentaire. » Des actions ciblées sur la défense du beurre ont déjà commencé. « La priorité est avant tout d´apporter une réassurance santé aux consommateurs en rappelant que le beurre, consommé avec modération, ne nuit pas à la santé et qu´il est indispensable au bon fonctionnement de notre corps. » Pour ce faire, l´interprofession laitière cible une communication scientifique auprès des professionnels de la santé au travers de congrès et de formations, où seront présentées « une série d´études fondamentales et cliniques démontrant les bienfaits d´une association équilibrée entre matières grasses végétale et animale sur la prévention des risques cardiovasculaires et de l´obésité. »
Autre opération de revalorisation du beurre : le programme « Beurre, aliment naturel » conduit par le Cidil. Ce dernier met en avant les qualités de goût et de naturalité du beurre, mais aussi la modernité de ses usages, en s´appuyant sur le savoir-faire et la créativité de Grands chefs de la gastronomie. « Nous voulons remettre le beurre à la mode, au coeur des tendances culinaires actuelles, montrer qu´il s´intègre dans une cuisine de qualité, légère et gourmande, indique Hubert Bouf du Cidil. Concrètement, notre action a démarré en 2006 avec un tour de France gastronomique en 17 étapes, durant lequel le beurre a parrainé les trophées du Chef de l´année. »
Beurres épicés, composés, texturés ou mousseux. Sous l´impulsion des Grands chefs, de nouvelles recettes inventives et modernes émergent. ©Cidil

Remettre le beurre à la mode
Un parrainage qui trouve écho dans la presse grand public et professionnelle. En complément, nous souhaitons apporter une information complète aux consommateurs, sur les aspects santé, nutrition, cuisine et vie pratique, via la création d´un service consommateurs dédié au beurre. Il sera accessible par un numéro Azur à l´automne prochain et permettra d´accéder aux conseils de diététiciennes spécialisées. Enfin, l´édition d´un ouvrage consacré au beurre est à l´étude pour 2008.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière