Aller au contenu principal

Reproduction des bovins
La fertilité se dégrade rapidement en Prim´Holstein

La sélection poussée sur la production laitière a nettement dégradé le taux de réussite en première insémination en Prim´Holstein alors que la fertilité s´est maintenue en Montbéliarde et en Normande.


Entre 1995 et 2001, le taux de réussite en première insémination en race Prim´Holstein a baissé d´environ 5 points pour s´établir à 40-45 % selon le rang de lactation. Le phénomène est d´autant plus marquant que sur la même période, la fertilité s´est maintenue autour de 50 à 55 % en race montbéliarde et normande.
Cette tendance a été décrite par Didier Boichard, directeur du département de génétique appliquée à l´Inra, à l´occasion de la journée Reproduction, génétique et performances organisée à Paris le 6 décembre par l´Association pour l´étude de la reproduction animale (AERA).

Orientaton de la sélection en cause ?
La moitié de la dégradation des performances de fertilité est imputable aux orientations de la sélection dans cette race. « La corrélation génétique entre le taux de réussite en première insémination mesurée en début de lactation est défavorable (-0,3 à - 0,5) de sorte qu´une sélection orientée uniquement vers la productivité laitière dégrade probablement le taux de réussite de - 0,3 à - 0,5 point par an. »
L´augmentation de la consanguinité (+ 0,2 %/an ) aggrave le phénomène. « Les caractères peu héritables comme le taux de réussite en première insémination (h2 = 1 à 2 %) sont plus sensibles à la consanguinité. »

Ce scientifique explique par ailleurs « que contrairement à l´idée couramment répandue, héritabilité faible ne signifie pas absence de variabilité génétique. L´écart-type génétique est d´environ 5 points de réussite à l´insémination artificielle, ce qui offre des possibilités importantes d´amélioration et surtout de dégradation. »
Des propos que Pascale Le Mézec, ingénieur Institut de l´élevage, illustre avec le cas du trop utilisé Mascot dont « l´index fertilité moyen des 74 fils agréés est de - 1,2. »
Les petites filles de ce taureau ont donc en moyenne une probabilité plus forte que les autres femelles de la race d´avoir une moins bonne fertilité. Mais la faiblesse de son index fertilité n´était pas connue à l´époque.
Des anomalies génétiques telles que le CVM ont également participé à cette dégradation de la fertilité.

Fertilité minimale en hiver
Les effets non génétiques ne sont pas en reste. Didier Boichard note l´influence du rang de lactation. «La fertilité décroît quasi linéairement avec le numéro de lactation -1 à - 2 %/ lactation)».
Plus ennuyeux, parce que correspondant à la période maximale d´activité des centres d´insémination, «la fertilité est généralement minimale en hiver avec un creux d´environ - 2 à - 5 % suivant les régions.»
Le taux de réussite baisse de 2 à 4 points le lundi quand l´activité du dimanche est réduite.
De là à tout mettre sur le dos de la sélection sur la production laitière, sur la période d´insémination. il n´y a qu´un pas à ne pas franchir comme l´attestent par exemple les très bons résultats obtenus par certains élevages à très haut niveau de production laitière.

Jean-Michel Philippot, responsable reproduction à l´Urcéo souligne que depuis 1997, le taux de non retour à 75 jours ne s´est pas dégradé sur la zone d´activité de cette unité de sélection, et « qu´il a même tendance à s´améliorer pour les génisses ».
Une tendance qu´il explique entre autre par la mise en place d´actions concrètes sur le terrain (suivi d´élevages, formation des éleveurs. menées conjointement par l´Urcéo, les contrôles laitiers et les Chambres d´agriculture d´Ille-et-Vilaine et du Finistère.
Enfin, ne perdons pas de vue que depuis juin 2001, l´Isu a intégré des caractères fonctionnels tels que la fertilité. Ce critère pèse pour 1/8 dans la valeur globale de l´Isu d´un taureau.
Cette nouvelle orientation devrait porter ses fruits dans les élevages d´ici 6 à 10 ans selon Didier Boichard.

Les plus lus

tous les membres associés et salariés du Gaec de l'Alliance en Moselle.
Installation en Gaec : « Malgré mon jeune âge, les associés m’ont rapidement fait confiance »
En Moselle, le Gaec de l’Alliance a accueilli Victor Cordel lorsqu’il n’avait que 24 ans. Le jeune agriculteur s'est très vite vu…
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée
Installation en élevage laitier : « Je transmets ma ferme neuf ans avant ma retraite »
Georges Marhic, éleveur laitier en Vendée a décidé de transmettre, avant la fin de sa carrière, son exploitation à un ancien…
Près de 1000 producteurs de lait adhérent aux six OP Sunlait. La crainte d'une non collecte de lait à partir du 8 mars est présente, même si Savencia assure qu'elle a ...
Sunlait contre Savencia : à quatre semaines de la fin de leur contrat, les producteurs cherchent des solutions

Pour pousser l'industriel à discuter avec elle, Sunlait annonce qu'elle va se pourvoir en cassation contre Savencia, et qu’…

Elevage laitier bio
Comment évolue le prix du lait bio ?

Alors que l'écart entre le prix du lait bio et le prix du lait conventionnel n'était plus que de 40 euros les 1000 litres…

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec Les chênes clairs, en Haute-Savoie : « Ce n'est pas que l'essai du jeune ; c'est l'essai de tous les associés, autour d'un projet ...
Installation en Gaec : « Nous avons réalisé un suivi en relations humaines lors de notre année d'essai »

Aurélie Hudry, une des associés du Gaec les chênes clairs, en Haute-Savoie, a réalisé deux essais avant de s’installer. Le…

Victoire Guéret, François Guéret et Delphine Guéret, éleveurs en Eure-et-Loir
Transmission : « Nous investissons un million d’euros pour installer nos filles sur notre exploitation laitière »

En Eure-et-Loir, dans la famille Guéret, la transmission de l’élevage laitier familial passe par des choix d’investissement…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière