Aller au contenu principal

Reproduction des bovins
La fertilité se dégrade rapidement en Prim´Holstein

La sélection poussée sur la production laitière a nettement dégradé le taux de réussite en première insémination en Prim´Holstein alors que la fertilité s´est maintenue en Montbéliarde et en Normande.


Entre 1995 et 2001, le taux de réussite en première insémination en race Prim´Holstein a baissé d´environ 5 points pour s´établir à 40-45 % selon le rang de lactation. Le phénomène est d´autant plus marquant que sur la même période, la fertilité s´est maintenue autour de 50 à 55 % en race montbéliarde et normande.
Cette tendance a été décrite par Didier Boichard, directeur du département de génétique appliquée à l´Inra, à l´occasion de la journée Reproduction, génétique et performances organisée à Paris le 6 décembre par l´Association pour l´étude de la reproduction animale (AERA).

Orientaton de la sélection en cause ?
La moitié de la dégradation des performances de fertilité est imputable aux orientations de la sélection dans cette race. « La corrélation génétique entre le taux de réussite en première insémination mesurée en début de lactation est défavorable (-0,3 à - 0,5) de sorte qu´une sélection orientée uniquement vers la productivité laitière dégrade probablement le taux de réussite de - 0,3 à - 0,5 point par an. »
L´augmentation de la consanguinité (+ 0,2 %/an ) aggrave le phénomène. « Les caractères peu héritables comme le taux de réussite en première insémination (h2 = 1 à 2 %) sont plus sensibles à la consanguinité. »

Ce scientifique explique par ailleurs « que contrairement à l´idée couramment répandue, héritabilité faible ne signifie pas absence de variabilité génétique. L´écart-type génétique est d´environ 5 points de réussite à l´insémination artificielle, ce qui offre des possibilités importantes d´amélioration et surtout de dégradation. »
Des propos que Pascale Le Mézec, ingénieur Institut de l´élevage, illustre avec le cas du trop utilisé Mascot dont « l´index fertilité moyen des 74 fils agréés est de - 1,2. »
Les petites filles de ce taureau ont donc en moyenne une probabilité plus forte que les autres femelles de la race d´avoir une moins bonne fertilité. Mais la faiblesse de son index fertilité n´était pas connue à l´époque.
Des anomalies génétiques telles que le CVM ont également participé à cette dégradation de la fertilité.

Fertilité minimale en hiver
Les effets non génétiques ne sont pas en reste. Didier Boichard note l´influence du rang de lactation. «La fertilité décroît quasi linéairement avec le numéro de lactation -1 à - 2 %/ lactation)».
Plus ennuyeux, parce que correspondant à la période maximale d´activité des centres d´insémination, «la fertilité est généralement minimale en hiver avec un creux d´environ - 2 à - 5 % suivant les régions.»
Le taux de réussite baisse de 2 à 4 points le lundi quand l´activité du dimanche est réduite.
De là à tout mettre sur le dos de la sélection sur la production laitière, sur la période d´insémination. il n´y a qu´un pas à ne pas franchir comme l´attestent par exemple les très bons résultats obtenus par certains élevages à très haut niveau de production laitière.

Jean-Michel Philippot, responsable reproduction à l´Urcéo souligne que depuis 1997, le taux de non retour à 75 jours ne s´est pas dégradé sur la zone d´activité de cette unité de sélection, et « qu´il a même tendance à s´améliorer pour les génisses ».
Une tendance qu´il explique entre autre par la mise en place d´actions concrètes sur le terrain (suivi d´élevages, formation des éleveurs. menées conjointement par l´Urcéo, les contrôles laitiers et les Chambres d´agriculture d´Ille-et-Vilaine et du Finistère.
Enfin, ne perdons pas de vue que depuis juin 2001, l´Isu a intégré des caractères fonctionnels tels que la fertilité. Ce critère pèse pour 1/8 dans la valeur globale de l´Isu d´un taureau.
Cette nouvelle orientation devrait porter ses fruits dans les élevages d´ici 6 à 10 ans selon Didier Boichard.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière