Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Reproduction des bovins
La fertilité se dégrade rapidement en Prim´Holstein

La sélection poussée sur la production laitière a nettement dégradé le taux de réussite en première insémination en Prim´Holstein alors que la fertilité s´est maintenue en Montbéliarde et en Normande.


Entre 1995 et 2001, le taux de réussite en première insémination en race Prim´Holstein a baissé d´environ 5 points pour s´établir à 40-45 % selon le rang de lactation. Le phénomène est d´autant plus marquant que sur la même période, la fertilité s´est maintenue autour de 50 à 55 % en race montbéliarde et normande.
Cette tendance a été décrite par Didier Boichard, directeur du département de génétique appliquée à l´Inra, à l´occasion de la journée Reproduction, génétique et performances organisée à Paris le 6 décembre par l´Association pour l´étude de la reproduction animale (AERA).

Orientaton de la sélection en cause ?
La moitié de la dégradation des performances de fertilité est imputable aux orientations de la sélection dans cette race. « La corrélation génétique entre le taux de réussite en première insémination mesurée en début de lactation est défavorable (-0,3 à - 0,5) de sorte qu´une sélection orientée uniquement vers la productivité laitière dégrade probablement le taux de réussite de - 0,3 à - 0,5 point par an. »
L´augmentation de la consanguinité (+ 0,2 %/an ) aggrave le phénomène. « Les caractères peu héritables comme le taux de réussite en première insémination (h2 = 1 à 2 %) sont plus sensibles à la consanguinité. »

Ce scientifique explique par ailleurs « que contrairement à l´idée couramment répandue, héritabilité faible ne signifie pas absence de variabilité génétique. L´écart-type génétique est d´environ 5 points de réussite à l´insémination artificielle, ce qui offre des possibilités importantes d´amélioration et surtout de dégradation. »
Des propos que Pascale Le Mézec, ingénieur Institut de l´élevage, illustre avec le cas du trop utilisé Mascot dont « l´index fertilité moyen des 74 fils agréés est de - 1,2. »
Les petites filles de ce taureau ont donc en moyenne une probabilité plus forte que les autres femelles de la race d´avoir une moins bonne fertilité. Mais la faiblesse de son index fertilité n´était pas connue à l´époque.
Des anomalies génétiques telles que le CVM ont également participé à cette dégradation de la fertilité.

Fertilité minimale en hiver
Les effets non génétiques ne sont pas en reste. Didier Boichard note l´influence du rang de lactation. «La fertilité décroît quasi linéairement avec le numéro de lactation -1 à - 2 %/ lactation)».
Plus ennuyeux, parce que correspondant à la période maximale d´activité des centres d´insémination, «la fertilité est généralement minimale en hiver avec un creux d´environ - 2 à - 5 % suivant les régions.»
Le taux de réussite baisse de 2 à 4 points le lundi quand l´activité du dimanche est réduite.
De là à tout mettre sur le dos de la sélection sur la production laitière, sur la période d´insémination. il n´y a qu´un pas à ne pas franchir comme l´attestent par exemple les très bons résultats obtenus par certains élevages à très haut niveau de production laitière.

Jean-Michel Philippot, responsable reproduction à l´Urcéo souligne que depuis 1997, le taux de non retour à 75 jours ne s´est pas dégradé sur la zone d´activité de cette unité de sélection, et « qu´il a même tendance à s´améliorer pour les génisses ».
Une tendance qu´il explique entre autre par la mise en place d´actions concrètes sur le terrain (suivi d´élevages, formation des éleveurs. menées conjointement par l´Urcéo, les contrôles laitiers et les Chambres d´agriculture d´Ille-et-Vilaine et du Finistère.
Enfin, ne perdons pas de vue que depuis juin 2001, l´Isu a intégré des caractères fonctionnels tels que la fertilité. Ce critère pèse pour 1/8 dans la valeur globale de l´Isu d´un taureau.
Cette nouvelle orientation devrait porter ses fruits dans les élevages d´ici 6 à 10 ans selon Didier Boichard.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Le prix du lait d'avril-mai de Lactalis insatisfaisant
Lactalis a annoncé un prix du lait de base de 341 €/1000 l en 41-33 en moyenne nationale, pour les mois d'avril et mai 2019. L'…
Vignette
" Nous optimisons le pâturage avec du topping "
Partisans du pâturage tournant dynamique, Pascal et Kévin Brodu pratiquent depuis deux ans le « topping », une fauche avant…
Vignette
Prix du lait en mars 2019 : 334 €/1000 litres de moyenne en Europe
Le prix du lait de mars 2019 affiche une relative stabilité dans l'Union européenne par rapport aux douze derniers mois.
Vignette
Avec Franck Gaudin, nutritionniste: comment on booste la production laitière aux USA
Nutritionniste aux États-Unis, Franck Gaudin a fait part de ses préconisations pour gérer des systèmes à haut niveau de…
Vignette
L'Inra de Lusignan sécurise un système très pâturant
La diversification des ressources est au coeur du système de la station de l'Inra de Lusignan, dans la Vienne. Pour résister aux…
Vignette
Tous les débouchés du veau nourrisson sont en difficulté
Veau de boucherie, jeunes bovins, exportations vers l’Espagne : les marchés du veau nourrisson sont tous malmenés en même temps.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière