Aller au contenu principal

Azote organique et minéral
La fertilisation azotée est calculée juste au Gaec du Printemps

Stéphane Lelièvre réalise un plan de fumure raisonné. A la clé, des économies d´intrants et un meilleur respect de l´environnement.
Stéphane Lelièvre est éleveur à Bourg-Neuf-la-Forêt, en Mayenne, sur une exploitation de 40 vaches laitières et 80 taurillons.


Chaque année, il réalise un plan de fumure sur l´ensemble de ses parcelles. « En fonction des résultats des analyses de sol, j´adapte la quantité de matière organique à apporter, explique l´éleveur. Généralement en rotation maïs sur maïs, j´épands 30 tonnes de fumier de bovins par hectare dès la mi-février. Au semis, je complémente avec 80 kilos pat hectare d´engrais starter au semis, pour favoriser le démarrage du maïs dans les terres qui se réchauffent lentement. »
Surmonter « la peur du manque d´azote »
En rotation maïs-blé, un apport de 40 tonnes par hectare de fumier suffit, une fois tous les deux ans. « Pour moi, cela ne sert à rien de surfertiliser », ajoute Stéphane. En raisonnant mieux les apports d´azote, des économies d´intrants sont possibles et l´impact sur l´environnement se réduit.
« Quand je me suis installé, il y a six ans, je craignais toujours que le maïs ne pousse pas si je n´apportais pas 300 à 400 kilos d´engrais minéral à l´hectare, en plus des 40 tonnes de fumier. En réduisant progressivement le minéral, j´ai compris que les amendements organiques suffisent amplement pour couvrir les besoins en azote de la culture. De plus, la totalité du fumier produit revenait au maïs. Aujourd´hui, je répartis mieux les effluents sur les parcelles qui peuvent les recevoir. » Le fumier le plus pailleux se destine aux prairies et le fumier de raclage, plus liquide, est épandu sur le maïs.
Cette année, Stéphane va faire analyser le fumier pour savoir exactement ce qu´il épand et affiner encore les apports.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

[Contenu Partenaire] Dermatite : « une baisse de 39 à 9 % des vaches laitières touchées, grâce au biocontrôle »
Dans la Manche, le GAEC Bourgine lutte contre des problèmes de boiteries avec un produit de biocontrôle, le Certiflore. En un an…
« Je ne saurais plus traire sans exosquelette »
Valérie Savary, éleveuse à Zutquerque dans le Pas-de-Calais, recourt depuis quatre mois à l’exosquelette pour l’assister lors des…
Formule de prix du lait : Les indicateurs coût de production réévalués
L'observatoire "coût de production" du Cniel s'enrichit de nouveaux fournisseurs de données et de davantage d'…
Dans tous les grands pays laitiers, le même matériel de référence sera bientôt utilisé pour calibrer les analyseurs. © D. Hardy
Qualité du lait : le changement au niveau des cellules repoussé au 1er avril
Le recalibrage annoncé des analyseurs aurait, à l’échelle d’une entreprise, un impact de 1 à 2 euros pour 1 000 litres. Pas…
Peut-on lutter contre l’obsolescence des robots de traite ?
Machinisme
La longévité des robots de traite repose sur la bonne réalisation des opérations de maintenance et le soin apporté au quotidien…
Un fort amaigrissement en début de lactation: mieux vaut contrôler le taux de BHB de ces vaches. © O. Crenn
Pourquoi ces vaches démarrent-elles mal leur lactation ?
Depuis trois mois, les vaches fraîches vêlées ne démarrent pas en lait, les chaleurs sont discrètes… Dans le cas de cet élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière