Aller au contenu principal

La ferme laitière bas carbone et le projet éco-méthane récompensés

La troisième et la quatrième place du concours "My positive impact" ont été remportées par les projets portés par la filière laitière. Le prix ? Une campagne de communication nationale pour leur donner de la visibilité auprès du grand public.

Cette initiative lancée par et pour les éleveurs laitiers met en place les fondements d’un « plan bas carbone » de la production laitière.
Cette initiative lancée par et pour les éleveurs laitiers met en place les fondements d’un « plan bas carbone » de la production laitière.
© E. Bignon

Le projet porté par l’ensemble de la filière laitière pour la réduction de l’impact carbone des élevages laitiers a remporté la quatrième place de la compétition « My positive impact ». Le projet Eco-méthane, porté par Bleu-Blanc-Coeur a remporté la troisième place. Tous deux vont donc pouvoir bénéficier du plan de communication de 1,4 million d'euros à partager entre les cinq premiers projets.

Informer sur les atouts de l'élevage

"Bleu­‐Blanc­‐Coeur présentait dans ce concours de la Fondation Nicolas Hulot la solution Éco­‐Méthane qui réduit les émissions de Méthane produites par l’élevage. Elle était la seule démarche officiellement reconnue par les institutions (État Français et Nations‐Unies). Aujourd’hui, c’est le grand public qui s’est rallié à la cause de Bleu-­‐Blanc-­‐Coeur" explique Pierre Weill, co-président de Bleu-Blanc-Coeur. "C’est aussi le monde de l’élevage qui gagnera une renommée légitime pour sa capacité à devenir exemplaire dans le domaine environnemental" poursuit-il.

"Cette campagne va permettre d’informer objectivement autour des travaux sur l’impact réel des ruminants sur le changement climatique, mais aussi sur les résultats obtenus et les solutions pour l’atténuer" explique l'Institut de l'Elevage. "Comme l’ont plusieurs fois soutenus à la fois nos professionnels et nos mandants politiques, l’élevage détient des solutions dans cette vaste problématique des émissions de GES. D’autant que l’élevage de ruminant est un atout majeur pour la fertilité des sols et le stockage de carbone dans les sols ! Nous avons tout à gagner à le faire savoir."

Donner le pouvoir aux solutions climat

Cette compétition est organisée par la fondation Nicolas Hulot, dans le cadre de la conférence internationale sur le climat (COP 21) qui se réunira à Paris en décembre prochain. "La Fondation Nicolas Hulot entend permettre à tous de choisir les idées à suivre et de donner le pouvoir aux solutions pour le climat en les sortant de l’anonymat, grâce à une campagne de mobilisation inédite : My Positive Impact." Le principe : 100 initiatives portées par des petites entreprises, des collectivités et des associations, qui répondent aux problèmes du changement climatique ont été soumises au vote du public.

Rendez-vous sur My Positive Impact pour découvrir toutes les solutions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
L’insémination par l’éleveur fait toujours plus d'adeptes
Près de 5 400 éleveurs (+ 6 %/2019) ont réalisé eux-mêmes les inséminations dans leur troupeau en 2020. L’IPE a représenté 12 %…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière