Aller au contenu principal

La ferme des 1000 vaches ne livrera plus de lait au 1er janvier 2021

Coup de tonnerre à la ferme des 1000 vaches à Drucat dans la Somme. Face au manque de visibilité à moyen terme, le gérant, Mathieu Ramery, a décidé de mettre fin à l’activité laitière de la SCEA Cote de justice à compter du 1er janvier 2021.

© E. Bignon - Archives

La décision a été mûrement pesée par les gérants : la ferme des 1000 vaches -qui en compte en réalité aujourd’hui 800- va cesser la production laitière au 1er janvier prochain. Cette décision résulte d’un cruel manque de visibilité à moyen terme, la ferme disposant seulement d'une autorisation pour 500 vaches et restant encore aujourd'hui en attente d'une autorisation pour monter à 1000 vaches. Rien n’indique aujourd’hui que cette demande allait aboutir. « Pourtant, en atteignant les 1 000 vaches, l'activité laitière aurait été viable; elle ne l'était pas en deçà », insiste Véronique Retaux, attachée de presse de la ferme en pointant l’incohérence entre le fait d’avoir obtenu un permis de construire une stabulation pour 1 000 vaches et les difficultés d’obtenir une autorisation correspondant à cet effectif. " Nous avons été plus que patients au terme de ces six années d’attente… » D’autre part, l’annonce récente de la laiterie Milcobel indiquant son intention de recentrer ses activités sur la Belgique a compliqué encore un contexte déjà difficile. Rappelons que la ferme est en attente de décisions de justice suite à la condamnation des exploitants en décembre 2019 à payer des pénalités pour avoir dépasser le seuil des 500 bovins.

 

C’est le sentiment d’un énorme gâchis qui prédomine aujourd’hui. L’activité laitière va stopper progressivement en privilégiant un tarissement des laitières par la voie alimentaire. Les animaux seront vendus. Que deviendront les stocks ? Seront-ils valorisés à travers l’unité de méthanisation existante ? Plusieurs pistes sont en cours de réflexion pour réorienter l’activité agricole de la structure. Seule chose certaine, la partie cultures, sur les 1000 ha exploités, va se poursuivre.  

« Malgré tout, nous avons quand même la fierté d’avoir montré qu’une autre voie était possible pour l’élevage laitier en permettant de se regrouper. La ferme a pu être décriée, mais on a montré que ce modèle tenait la route. »

La ferme compte 20 salariés.

 

Lire aussi « Ferme des 1000 vaches : La gestion des hommes est au cœur de notre fonctionnement

Lire aussi : La ferme des 1000 vaches cesse sa production de lait

 

CHIFFRES-CLES

Main d'oeuvre : 20  salariés

Référence : 8,4 millions de litres

Cheptel : 800 vaches à 10  000 kg de moyenne économique

Age au vêlage : 25,3 mois

Taux : 39 de TB, 33 de TP

Cellules : 245 000/ml

IVV : 392 jours

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

L’élevage de Renato Aceto, dans le Sud de l’Italie, envisage de traire plus de 1 000 vaches avec le concept de traite par lots VMS d’ici le printemps 2022.
DeLaval propose un nouveau concept pour la traite robotisée
Traire des lots de vaches à heures fixes avec des robots, tel est le principe du concept VMS Batch milking dédié à l’optimisation…
Simon, Hadrien et Hugues Bellenguez. « L’adhésion au groupe lait de Simon lors de son installation, nous a permis de prendre rapidement conscience que nos charges étaient trop élevées. »
« Nous produisons deux fois plus de lait à moindre coût »
Au Gaec du Calvaire, dans le Pas-de-Calais. Grâce au groupe lait et au soutien de son père, Simon Bellenguez a réussi à produire…
Michel Lacoste était éleveur laitier dans le Cantal et président du Cnaol
Décès de Michel Lacoste, président du Cnaol

Le Cnaol (AOP laitières), la FNPL ainsi que l’interprofession laitière annoncent, le 22 novembre, le décès de…

Collecte de lait par la Société laitière des Monts d'Auvergne chez les éleveurs du Massif du Sancy pour la fabrication de Saint-Nectaire AOP. Salarié de la laiterie chez l'éleveur près du camion, dans la cour de ferme. Industrie agroalimentaire.
Prix du lait en hausse et collecte en baisse en France en septembre
La hausse du prix du lait conventionnel ne suffit pas à couvrir toutes les hausses de charges. Le prix du lait bio recule pour le…
Les trois associés Philippe, Pierre-Louis et Damien. «On apportait du foin séché en grange depuis 2016, mais les résultats n'étaient pas ceux attendus.C'est l'apport d'eau qui a permis de valoriser la ration.»
« Nous couplons séchage en grange et méthanisation »
Dans les Côtes-d’Armor, l’EARL Dolo est passée d’un système basé sur l’ensilage d’herbe et de maïs au foin séché en grange pour…
Le prix de revient moyen d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Le prix de revient d’une exploitation laitière conventionnelle de plaine est de 405 €/ 1 000 litres
Mise à part pour la filière biologique, l’actualisation des indicateurs interprofessionnels de coûts de production apporte peu d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière