Aller au contenu principal
Font Size

La fenaison passe à la taille XXL

Faucheuses, faneuses et andaineurs ont vu leur largeur progresser pour accroître le débit de chantier. Les constructeurs proposent différentes solutions, avec pour conséquence de nombreuses catégories de machines.

Un objectif : accroître le débit de chantier
Un objectif : accroître le débit de chantier
© Krone

L’agrandissement des exploitations et l’intérêt croissant pour le travail de l’herbe se traduisent par des investissements dans des outils de fenaison de plus en plus larges.

Le gabarit et la puissance des tracteurs ayant subi la même inflation, bon nombre d’exploitations ne sont plus limitées pour passer à la gamme supérieure.

Toujours très présent, notamment pour les faucheuses et les andaineurs, l’investissement collectif, en copropriété ou en Cuma, favorise aussi le recours à des outils de grande largeur. L’augmentation du débit de chantier est la tendance lourde dans les trois familles d’outils de fenaison.

L’objectif étant de récolter de grandes surfaces d’herbe en peu de temps, et travailler ainsi à un stade de végétation précis ou dans une fenêtre météo étroite.

Premières concernées dans la chaîne de récolte, les faucheuses adoptent la combinaison avant/arrière ou dépassent les 4 mètres pour des modèles portés arrière. Dans les exploitations individuelles, cette tendance s’accompagne d’une régression du conditionnneur. La faucheuse conditionneuse traînée reste toutefois la valeur sûre des Cuma.

Outil stratégique du travail de l’herbe, la faneuse reste majoritairement achetée en individuel. La machine moyenne est désormais une huit toupies et les modèles de dix ou douze toupies ont du succès. Encore bien présents, les modèles portés sont de plus en plus concurrencés par les semi-portés qui permettent l’emploi d’un petit tracteur économe en carburant.

Dernier matériel avant la récolte, l’andaineur simple rotor laisse progressivement la place au double rotor. À l’exception de rares cas de modèles portés, le choix se fait entre un modèle traîné ou un semi-porté, avec pour ce dernier, les alternatives de l’andain central ou latéral. Mais l’andainage de grande largeur, c’est aussi le retour des appareils à soleils.

SOMMAIRE du dossier

Page 34 : Les faucheuses délaissent le conditionneur et adoptent la combinaison double, voire triple

Page 36 : A la Cuma des trois vallées dans le Maine et Loire : "Le combiné de fauche a convaincu les adhérents"

Page 38 : Au Gaec Giraud dans l'Allier : "Quatre hectares à l'heure avec cent chevaux, sans conditionneur"

Page 40 : Les faneuses huit toupies deviennent un minimum pour maintenir une qualité de travail

Page 43 : Chez Patrick Garret, en Haute Saône : "Une grande faneuse maniable et économique"

Page 44 : Au Gaec de la ferme de Revard, en Haute Savoie : "Nous pouvons faner un maximum avant midi"

Page 46 : Traînés ou semi-portés, à dépose centrale ou latérale, les andaineurs double rotor s’imposent

Page 50 : Au Gaec des perles du Doubs : "L'andainage latéral s'adapte aux volumes de foin"

Page 52 : Chez Fabien Allaume, dans le Calvados : "L'andaineur double à dépose centrale est plus maniable"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
vaches laitières au pâturage agriculture biologique
La filière laitière bio française dessine son modèle
Pour éviter une crise de confiance, le lait bio doit garder sa longueur d'avance face aux laits différenciés, et montrer ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière