Aller au contenu principal
Font Size

La dépendance laitière de la Chine pourrait être durable

La Chine pourrait avoir du mal à déployer une filière laitière à la hauteur de sa demande intérieure. Elle pourrait alors rester durablement dépendante des importations.

DANS UN SUPERMARCHÉ À SHANGHAI. Les Chinois qui en ont les moyens préfèrent
se payer des produits laitiers étrangers.
DANS UN SUPERMARCHÉ À SHANGHAI. Les Chinois qui en ont les moyens préfèrent
se payer des produits laitiers étrangers.
© B. Carré Chen

«Cela ne m'étonnerait pas que le prix de la poudre de lait soit durablement élevé sur le marché mondial, du fait de la difficulté de la Chine à développer sa production laitière, pour répondre à une demande intérieure en forte progression », a pronostiqué Jean-Paul Jamet, du CNPA(1), lors d'une table ronde organisée par l'Institut de l'élevage, à l'occasion du lancement de Idele-Chine, la lettre de veille et d'analyse de l'Institut de l'élevage sur la Chine.

Aujourd'hui, la Chine dépend des importations pour 15 % de ses besoins en produits laitiers (5 % en 2007), et pour moitié de ses besoins en poudre de lait infantile ! Depuis les divers scandales de lait contaminé (mélamine, nitrites...), les Chinois se méfient des produits laitiers made in China. Ceux qui en ont les moyens préfèrent se payer des produits laitiers fabriqués à l'étranger.

La baisse de la consommation qui a suivi la crise de la mélamine, et le durcissement de la réglementation sanitaire, ont provoqué une importante restructuration des élevages et des usines laitières (la moitié n'ont pas vu leur licence renouvelée), et une baisse de la production laitière. Ce sont surtout les petits élevages (moins de 5 vaches) qui ont été frappés. Les élevages de plus de 20 vaches (73300 en 2009) sont au contraire les principaux artisans de la reconstitution du cheptel national. La production reste malgré tout atomisée. « Les deux tiers des exploitations possèderaient moins de quatre vaches », chiffre l'Institut de l'élevage.

Une forte dépendance aux importations d'aliments pour vaches laitières

Depuis 2009, la production laitière repart, mais doucement. « Le plafonnement de la collecte s'explique par le durcissement de la réglementation, mais aussi par le fait que la production laitière a d'abord été développée là où c'était le plus évident de le faire, en Mongolie intérieure. Pour continuer à développer la production, il leur faudra soit intensifier là où il y a déjà du lait, soit développer une production là où il n'y a pas encore de lait », indique Jean-Paul Jamet.

Les autres handicaps de la filière laitière chinoise sont des élevages aux coûts de production élevés, un manque de compétences pour la maîtrise de l'alimentation et des soins aux animaux. Un exemple illustre cette lacune. « Le Nord du pays produit du foin. Mais les grosses fermes laitières du Sud importent du foin des États-Unis, car le foin y est de meilleure qualité », cite Jean-Marc Chaumet, de l'Institut de l'élevage.

« La production se déplace des zones pastorales vers les zones de cultures. Dans ces régions, les élevages sont plus dépendants des importations d'aliments, et sont donc plus soumis aux variations de prix des matières premières, pointe Jean-Marc Chaumet. Le prix du lait chinois est aujourd'hui proche du prix du lait français, voire supérieur; il couvre la hausse des coûts des matières premières. »

Un prix du lait élevé mais une filière très peu structurée

Les Chinois ont les moyens d'implanter de très gros troupeaux. Par exemple, ils ont importé plus de 99000 vaches en 2011. « Par contre, ils n'ont pas encore investi dans des compétences (peu de formations à l'élevage) », estime Jean-Paul Jamet. Toutefois, les choses pourraient changer. Par exemple, Nestlé, présent dans le Nord-Est du pays, va construire un centre de formation spécialisé dans les produits laitiers. Il est prévu une formation à l'élevage des vaches.

Philippe Amé, de l'Institut de l'élevage, ajoute : « L'Ouest de la Chine compte beaucoup de prairies. Les Chinois nous demandent un appui technique pour mieux utiliser le territoire pour faire du lait. Développer l'élevage laitier leur demandera de gros efforts d'investissement, pas seulement dans les exploitations et dans l'acquisition des compétences, mais aussi dans le développement d'infrastructures pour transporter le lait et le transformer. »

Ainsi, si la Chine parvient à développer une filière laitière performante, cela lui prendra du temps. Mais elle pourrait aussi faire d'autres choix de développement, industriels ou agricoles. « La Chine pourrait choisir de se concentrer sur les secteurs agricoles qu'elle maîtrise le mieux, à savoir les productions végétales et le porc pour les productions animales. La production bovine serait alors moins franchement développée », lance Jean-Paul Jamet.

(1) CNPA : centre national pour la promotion des produits agricoles et alimentaires

La France bien placée pour le lactosérum

En 2011 (estimations), la Chine a accru ses importations de poudres :

? 335 000 t de poudre de lait entier (117000 t en 2009) - la Nouvelle Zélande est le principal fournisseur ;

? 124000 t de poudre de lait écrémé (70000 t en 2009) - la Nouvelle-Zélande partage le marché avec les USA et l'UE ;

? 295 000 t de poudre de lactosérum (288000 t en 2009) - les USA sont le fournisseur majoritaire, puis vient la France avec plus de 47 000 tonnes de produits déminéralisés pour la poudre de lait infantile.

? Enfin, « le beurre ou les fromages français exportés sont du haut de gamme. Des industriels s'impliquent dans la formation des chefs dans les hôtels. Nous pouvons mettre de la valeur sur les produits français », estime Jean-Paul Jamet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière