Aller au contenu principal
Font Size

La coopérative allemande DMK serre les boulons

Une mauvaise année et le départ annoncé de centaines de producteurs poussent DMK à se restructurer.

En 2016, DMK a transformé 7,3 milliards de litres sur seize sites en Allemagne et deux aux Pays-Bas.
© DMK

En 2016, DMK a raté son objectif de payer le lait de ses adhérents à un prix compétitif. » L’aveu d’Ingo Müller, président de DMK à l’assemblée générale de la coopérative le 22 juin à Brême, correspond à un chiffre : 252 €/1 000 l (à 41/34) prime de bien-être animal de 7,90 € incluse. Le numéro un allemand a ainsi payé 15 € de moins sur l’année que la moyenne des laiteries allemandes. La difficulté de DMK de faire au moins aussi bien que la concurrence explique que beaucoup d’éleveurs aient décidé de faire jouer leur préavis. Une première vague de départs correspondant à 500 millions de litres est annoncée au 1er janvier 2018. DMK ne pense pas pouvoir les retenir. La fromagerie de Barmstedt, au nord de Hambourg, BMI en Saxe-Anhalt et Hochland dans le sud du bassin de collecte de DMK ont investi dans une extension de leurs capacités en vue de traiter une grande partie de ce volume. L’entreprise a intégré le choix de ces mécontents en décidant de fermer deux sites, une fromagerie et une unité de produits UHT. Elle arrête un atelier de conditionnement et a résilié pour 2018 un contrat de fabrication d’une spécialité de pâte molle avec un tiers qui lui occasionnait une perte de 2 millions d’euros par an. Au passage, DMK s’allège de 270 salariés.

Préavis de 2 ou de 24 mois

Pour DMK, le temps presse. Entre 2015 et 2016, la coopérative a perdu par cessation d’exploiter ou départs 749 éleveurs sur 8 600. Pour stopper l’hémorragie, elle donne à présent le choix de la durée de préavis à chaque adhérent : douze ou vingt-quatre mois, avec cependant la fin de l’obligation de collecte si la première option est retenue… Elle revoit son organisation interne, prend ses dépenses à la loupe, table sur une meilleure prévision de ses apports, une simplification de son portefeuille de marques. Le tout doit contribuer à améliorer son résultat. En 2016, il s’est contenté de 13,5 millions d’euros pour un chiffre d’affaires gonflé de 500 millions d’euros à 5,1 milliards grâce à sa fusion avec le Néerlandais Doc Kaas. Pour juillet, DMK annonce un prix du lait de 360 €/1 000 l « permis par l’amélioration de la conjoncture sur le marché mondial ».

Tous ces signaux s’adressent à la seconde vague d’éleveurs qui s’apprêtent à quitter le navire en janvier 2019 avec 1,2 milliard de litres dans leurs tanks. DMK continue de discuter avec eux pour les convaincre de revenir sur leur décision… L’hypothèse que ces éleveurs se regroupent pour finalement continuer à vendre contractuellement leur lait à DMK ne semble pas avérée. Les responsables de la laiterie ont déjà dit qu’ils ne rediscuteraient pas avec ces livreurs s’ils souhaitaient revenir par une autre porte… Où ce lait ira-t-il s’il quitte en définitive DMK ? La question reste entière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière