Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La compatibilité boucle électronique–automate d’élevage avance

L’Institut de l’élevage publie sur son site internet un tableau qui présente l’état de compatibilité entre les boucles électroniques et les automates fonctionnant avec des boucles auriculaires. « Le cas des automates fonctionnant avec des colliers ou des bagues de paturon ne sont pas traités. Si un éleveur veut s’équiper de boucles électroniques officielles tout en conservant ce type d’automate, il devra faire venir l’installateur, qui fera un diagnostic pour évaluer les modifications à apporter pour le rendre compatible. Ce ne sera pas la majorité des cas », estime Sébastien Duroy, de l’Institut de l’élevage.

Vous trouvez ce tableau sur le site www.inst-elevage.asso.fr dans l’espace thématique Identification et traçabilité animale. http://www.idele.fr/spip.php?page=article_espace&id_espace=937&id_article=20064

On y trouve les principales offres du marché : les DAL de Legrain, Asserva, les DAL et DAC de Orvalex et Agid, les automates de Lely, Delaval, Boumatic, Fullwood Packo, et GEA Farm Technologies.


Demander du Full-ISO

Pour rappel, les boucles électroniques officielles existent en deux versions, FDX et HDX. Dans les deux cas, elles sont conformes aux normes internationales ISO 11784/11785. Les lecteurs Full-ISO lisent les deux versions.

À la lecture du tableau, on constate que seuls quelques nouveaux modèles d’automate sont entièrement compatibles, c’est-à-dire équipés de lecteur Full ISO. La plupart des modèles lisent une seule version de boucle électronique. Et certains ne lisent aucune version. D’après les premiers échos en provenance des EDE, les éleveurs qui commandent des boucles électroniques officielles, le font à l’occasion d’un achat d’automate : DAC, DAL, salle de traite, portes de tri, robot de traite…

« Nous leur conseillons d’investir dans un automate équipé de lecteur Full-ISO », indique Sébastien Duroy. Autre cas qui peut se présenter : des éleveurs équipés d’automates fonctionnant avec des boucles (non officielles). Dans ce cas, l’automate peut être compatible avec un seul type de boucle officielle (HDX ou FDX), avec les deux (HDX et FDX), ou avec aucune des deux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Repérez-vous les vaches à cellules avec Génocellules ?
Proposé par Seenergi et des distributeurs, le service GénoCellules permet de dénombrer les comptages cellulaires de chaque vache…
Vignette
Elevage laitier et temps libre : « Nous ne voulons pas être absorbés par notre travail »
Au Gaec Lusanbio, en Loire-Atlantique, les associés ont mis en place un système leur permettant de bénéficier d'un maximum de…
Vignette
« Notre outil de monitoring nous met la puce à l’oreille ! »
Dans la Manche, le Gaec du Vivier a investi dans un outil de monitoring pour gérer, sans y passer trop de temps, la reproduction…
Evolution publie deux nouveaux index de santé du pied
Grâce au projet Génosanté, les races Holstein et Pie Rouge disposent des index Résistance aux lésions…
Quand arrive l’heure du vêlage
Bovins Viande
Différents facteurs influencent la durée de gestation, mais c’est bien le veau qui déclenche lui-même le moment de la mise bas…
Tuberculose bovine : les populations de blaireaux suivies au cas par cas
Bovins Viande
L’Anses a publié le 1er octobre 2019 un avis faisant le point sur les mesures de lutte contre la tuberculose bovine dans la faune…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière