Aller au contenu principal

La collecte européenne pourrait peu progresser en 2018

L'année 2018 pourrait ressembler à 2017, avec du beurre cher et un marché de la poudre plombé par d'énormes stocks.

La sécheresse en Nouvelle-Zélande donne un petit espoir pour les cours de la poudre de lait.
© I. Pailler

Au jour où nous mettions sous presse, le 19 janvier 2017, le prix des nouveaux contrats de beurre remontait à 4200 euros/t (cotation Atla), après avoir baissé de 6800 euros en septembre 2017 à 4100 euros/t début janvier 2018. "Le beurre semble avoir atteint un plancher, indique Gérard Calbrix, économiste à Atla. Les acheteurs qui attendaient que les prix baissent encore vont sans doute se remettre aux achats. Le pic de collecte printanier permettra de faire des stocks, mais sans doute insuffisamment pour honorer la demande sur le reste de l'année. On risque de revivre une forte tension sur le marché de la matière grasse, comme en 2017."

Le prix de la poudre de lait écrémé avait encore un peu baissé le 17 janvier dernier, à 1375 €/t. La demande est dynamique mais l'offre toujours abondante et les stocks européens et américains sont toujours très élevés : plus de 400 000 tonnes en UE (stocks public et privé) et 150 000 t aux USA (source Idele). Les USA sont compétitifs grâce à une parité euro-dollar qui favorise leurs exportations. Le Canada concurrence aussi l'UE sur le marché des poudres, grâce à leur classe 7 de prix (lire Réussir Lait de novembre 2017, n° 318, p. 14). Les cours pourraient encore baisser. "La dernière adjudication de la Commission (mi-janvier) s'est conclue à 1190 €/t pour 1864 tonnes", livre Gérard Calbrix. Les stocks continuent de vieillir. L'UE parviendra-t-elle un jour à tout vendre, ou faudra-t-il détruire une partie du stock ?

La collecte de Nouvelle-Zélande pâtit de la sécheresse

"Une hausse du prix de la poudre serait possible à la fin du semestre, si la collecte baisse encore beaucoup en Nouvelle-Zélande", pointe l'économiste. L'Océanie connaît une sécheresse qui affecte notamment la collecte néo-zélandaise. Fonterra, qui tablait l'an dernier sur une hausse de +1% sur cette campagne (juin 2017 à juin 2018) a revu sa prévision à -3% ! Cette annonce a eu pour effet de faire remonter les cours des poudres et du beurre.

La collecte européenne est dynamique. L'Institut de l'élevage estime qu'elle progresserait de 1,4% en 2017 par rapport à 2016, à 154,7 millions de tonnes. Mais "les laiteries du nord de l'Europe commencent à chercher à cadrer les volumes livrés par les producteurs. La collecte européenne ne fera sans doute pas un bond en 2018", indique Gérard Calbrix. Le prix du lait commence à baisser chez nos voisins nordiques. FrieslandCampina a annoncé une baisse de 40 €/t en janvier par rapport à décembre pour atteindre 375 € de prix garanti. Le prix du lait des pays du Nord de l'Europe devrait poursuivre sa chute sur le premier semestre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière