Aller au contenu principal

La collecte européenne en progression de 1% en 2015

© Friesland Campina

« Malgré des prix bas, la production devrait augmenter de 1% dans l'UE en 2015 » avancent les experts de l'observatoire européen des marchés du lait dans leurs prévisions à court terme. En juillet, le prix moyen du lait dans l'UE était de 300 euros pour 1000 litres(1), soit 19% de moins qu'en juillet 2014. En 2016, la collecte de lait pourrait augmenter, mais a priori autour de 1% également. « Une croissance plus rapide de la production que de la demande mondiale pourrait reporter le rebond attendu du prix du lait » préviennent-ils. La consommation intérieure devrait augmenter de 0,5% en 2015. La croissance économique mondiale est estimée à 2,6% cette année, et 3,3% en 2016.

Les matières grasses résistent mieux que les protéines

Début août, le prix moyen de la poudre de lait standard était de 1710 euros la tonne, soit environ 40% de moins que l'année dernière. Les fabrications sont estimées en augmentation de 8% par rapport à 2014, avec des exportations à hauteur de 760 000 tonnes (en juin), soit 17% de plus que l'année dernière. « La pression sur le prix des protéines est plus forte que sur le marché de la matière grasse. » Mi-juin, la poudre grasse était à 2170 euros la tonne, soit 30% de moins que l'année dernière. Le beurre était à 2890 euros la tonne, soit "seulement" 11% de moins que l'an dernier, avec des exportations en augmentation de 10%. Sur le marché des produits frais, la consommation de lait diminue et celle de crème augmente régulièrement. Les envois depuis l'UE de lait de consommation vers la Chine ont progressé de 14% sur les cinq premiers mois de l'année.

 

(1) À taux réels - source Observatoire européen

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière