Aller au contenu principal
Font Size

La collecte de lait bio augmente plus vite que la demande

Le déséquilibre du marché bio s’amorce. La filière doit trouver de nouveaux débouchés.

LE TAUX DE VALORISATION EN BIO SE DÉGRADE
LE TAUX DE VALORISATION EN BIO SE DÉGRADE
© Source FranceAgriMer, traitement Cniel

Le taux de valorisation du lait bio, c’est-à-dire la part de MSU (matière sèche utile) du lait véritablement valorisée en bio, se dégrade. Sur l’année 2011, 77,6 % de la MSU du lait bio était valorisée en biologique. Le taux de valorisation sur douze mois glissants n’a pas cessé ensuite de se dégrader, pour atteindre 65 % en août 2012.


Pour des raisons techniques (saisonnalité, coproduits de transformation non valorisable en bio…), une part du lait bio n’est pas valorisée en tant que telle et est déclassée. Plus de 80 % de la MSU valorisée – un niveau atteint début 2011 – est un très bon score. Par contre, la baisse du taux de valorisation observée depuis un an reflète le déséquilibre qui s’amorce entre l’offre et la demande.


La collecte continue de progresser fortement suite au boom des conversions de 2010-2011. La collecte en cumul annuel mobile de août 2011 à août 2012 est de 435 millions de litres. « Aujourd’hui, la collecte française couvre les besoins du marché français », souligne Laurent Forray, du Cniel. Pour 2013, la filière attend une collecte de plus de 470 millions de litres. Or la croissance de la demande semble avoir nettement ralenti.


Des opportunités en restauration hors foyer


Les ventes dans la grande distribution ont atteint un plafond, après avoir fortement progressé en 2010 et 2011. Par exemple :

Pour le lait de consommation, les ventes amorcent un recul au 3e trimestre.

Pour le beurre, les ventes baissent depuis début 2012.

Pour l’ultrafrais, après une année 2011 de croissance à deux chiffres, les ventes sur les deux derniers trimestres progressent de moins de 1 %.


« On peut dire que le marché des produits laitiers biologiques a exploré à fond la distribution classique. Il reste du potentiel de développement dans la distribution spécialisée et surtout dans la restauration hors foyer (RHF). Et à l’export, il existe également des opportunités à exploiter, notamment pour les poudres de lait infantiles pour le marché asiatique », souligne Laurent Forray.


Les importations de lait ont chuté de 60% entre les quatre premiers mois 2011 et les quatre premiers mois 2012. « Il reste encore des volumes à gagner. »


En attendant ces nouveaux débouchés, un déséquilibre offre-demande commence à se créer. Les transformateurs n’encouragent plus les conversions, hormis Danone qui cherche encore de nouveaux producteurs.



Convergence des prix entre la France et l’Allemagne


En matière de prix du lait, la France n’a plus de problème de compétitivité par rapport à l’Allemagne.

En 2011, le prix moyen français était supérieur de 15 euros pour 1 000 litres.

Sur 2012, moins de cinq euros séparent le prix du lait français de son voisin.


Reflet d’un marché à saturation, le prix du lait au producteur baisse. Le prix douze mois glissants août 2012/août 2011 était de 410,40 euros, contre 418,30 euros pour août 2011/août 2010.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière