Aller au contenu principal

La chicorée augmente la production de lait

La chicorée en mélange étant difficile à gérer en été du fait d’une montée à tige rapide, l’idée serait de l’utiliser en pur, avec un rythme de pâturage rapide.

La chicorée en mélange étant difficile à gérer en été du fait d’une montée à tige rapide, l’idée serait de l’utiliser en pur, avec 
un rythme de pâturage rapide.
La chicorée en mélange étant difficile à gérer en été du fait d’une montée à tige rapide, l’idée serait de l’utiliser en pur, avec
un rythme de pâturage rapide.
© DR

Dans le cadre du projet européen Multisward, qui teste l’intérêt de multiplier le nombre d’espèces dans les prairies pour augmenter leur résistance aux aléas climatiques, une expérimentation a été conduite pour déterminer l’intérêt de la chicorée dans les prairies. « L’idée était que des espèces comme la chicorée ou la fétuque peuvent augmenter la résistance à la sécheresse et permettre ainsi de produire plus d’herbe en été et de nourrir plus de vaches au pâturage », explique Rémy Delagarde, de l’Inra de Rennes. L’essai a été mené pendant deux ans, de septembre 2011 à août 2013, sur huit hectares. Quatre types de prairies ont été étudiés : des prairies sans chicorée (ray-grass anglais et ray-grass anglais - trèfle blanc-trèfle violet) et des prairies avec chicorée (ray-grass anglais - trèfle blanc- trèfle violet-chicorée +/- fétuque). La valorisation s’est faite uniquement par le pâturage de quatre lots de dix vaches laitières ayant une production moyenne à l’année de 18,1 kg de lait par vache et par jour, sans complémentation.


Davantage d’ingestion sur les prairies avec chicorée


Contrairement aux idées de départ, l’essai n’a pas permis de montrer que la chicorée augmente la production d’herbe par hectare. Le nombre de journées de pâturage par an n’a donc pas varié avec le type de prairies. « Les deux étés 2012 et 2013 n’ont pas été très secs, analyse Rémy Delagarde. Le ray-grass s’est bien comporté et les prairies avec chicorée n’ont donc pas été favorisées. » Ces prairies ont par contre entraîné une ingestion d’herbe supérieure de un kilo par vache et par jour et une production de lait supérieure de un kilo par vache et par jour par rapport aux prairies sans chicorée. Au final, la production laitière par hectare a été améliorée.


La chicorée est plus riche en minéraux et en protéines que les graminées


Selon les chercheurs, cette différence s’explique sans doute par une composition chimique des plantes différente. La chicorée étant beaucoup moins riche en fibres que les graminées, cela favorise la vitesse de digestion dans le rumen. Celui-ci se vidange plus vite et la vache peut donc remanger plus rapidement. « La chicorée a une bonne valeur alimentaire, constate Rémy Delagarde. Elle contient plus de 15 % de minéraux, alors que les graminées et légumineuses n’en contiennent que 10 %. Elle est aussi plus riche en protéines que les graminées. Le problème est qu’elle est difficile à gérer en mélange car elle monte très vite à tiges l’été, durant plusieurs cycles. Une solution, pratiquée déjà dans plusieurs pays, serait de l’utiliser en pur, en complément d’autres parcelles, avec un rythme de pâturage plus rapide en été. » En 2014, l’Inra de Rennes, en collaboration avec l’Inra de Theix, va donc poursuivre ses essais pour notamment étudier plus finement l’ingestion et la digestion de la chicorée. Le fourrage (RGA, RGA–chicorée, RGA-TB) sera apporté en affouragement en vert, avec collecte des fécès, l’idée étant aussi de vérifier si la chicorée, moins riche en fibres que les graminées, permet également de réduire les émissions de méthane.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Monique Provost, éleveuse en Loire-Atlantique « Depuis cinq ans, je nourris mes veaux au lait entier jusqu’au sevrage une seule fois par jour, du lundi au samedi."
« Mes veaux reçoivent six buvées de lait entier par semaine »
Monique Provost, éleveuse en Loire atlantique se simplifie la vie en distribuant du lait entier à ses veaux une fois par jour,…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière