Aller au contenu principal

La Bretagne laitière lance un plan d’actions

À l’horizon 2020, la Bretagne veut passer de 5 à 6 milliards de litres de lait.

© F. Mechekour

La Bretagne entend profiter de la croissance mondiale et s’organise pour répondre présent sur les marchés export. Pour y arriver, la filière a élaboré un plan d’actions pour l’amont et l’aval après avoir réalisé un exercice de prospective. Dans le scénario retenu de « marchés dynamiques libéralisés », produire 6 milliards de litres pourrait se faire avec 9000 exploitations à 665 000 litres.
Du côté de la production, la filière a défini six enjeux, qui se déclineront en 73 actions pour renforcer la compétitivité et la durabilité des exploitations. Il s’agit d’abord d’améliorer la rentabilité et l’attractivité, pour installer des jeunes. Ce qui demandera, entre autre, de revoir le financement pour faciliter la transmission. Il faudra aussi gérer la contrainte travail : moderniser les outils de travail, recruter et former des salariés. L’augmentation de la production nécessitera d’intégrer les enjeux environnementaux. « Il y aura un rééquilibrage avec d’autres filières moins dynamiques », prévoit Jacques Jaouen, président de la chambre d’agriculture régionale de Bretagne. Autres enjeux, l’accès au foncier, la maîtrise des nouveaux équilibres entre capital et travail et la gestion de la volatilité des prix.


73 actions pour renforcer la compétitivité et la durabilité


Du côté de la transformation, ce sont cinq axes de travail qui ont été définis pour améliorer la compétitivité. Le premier est d’investir et d’innover davantage, par exemple pour développer la valorisation fine des composants du lait. Pour disposer de lait en qualité et en quantité selon les besoins, il est nécessaire de renforcer les liens entre production et transformation. Des actions seront menées pour mieux appréhender le contexte économique, en segmentant les marchés et en gérant la volatilité des prix.
De plus, l’export devra être musclé, par exemple en créant des réseaux commerciaux internationaux. Pour transformer et vendre au mieux ces volumes, l’industrie va devoir recruter et former davantage.
Un comité de suivi réunit les chambres d’agriculture, le comité interprofessionnel Ouest, le Conseil régional et la Draaf pour coordonner la concrétisation des mesures, orienter les crédits, notamment ceux du Feader ou du plan bâtiments, et renforcer les actions de recherche et de développement. Maintenant, à l’action.



Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière