Aller au contenu principal

Variétés 2009
La betterave fourragère, on peut compter sur elle !

Encore une fois, dans de nombreuses régions, malgré les conditions séchantes de la fin d’été, les rendements bons à excellents obtenus avec les betteraves fourragères vont permettre aux éleveurs qui ont retenu cette culture, de faire des économies cet hiver tout en assurant une alimentation de qualité.

Avec une valeur de 1.12 UFL/kg de matière sèche et des rendements avoisinants les 20 tonnes de matière sèche par hectare en 2009 (soit régulièrement plus de 110 tonnes brutes à l’ha), la betterave, tout compte fait est l’un des aliments les moins chers dans les rations de la plupart des animaux d’élevage. Plus de 22.000 UFL pour des coûts de production inférieurs à 600 €/ha, cela donne un prix de l’UFL toujours inférieur à 0,03 €.

Bon nombre d’éleveurs se posent à présent la question de reprendre cette culture qui était très largement cultivée. Aujourd’hui, sa mécanisation intégrale du semis jusqu’à l’auge, la sécurité de production qu’elle apporte dans le système et son intérêt vis-à-vis de la santé des animaux sont des atouts à prendre en compte.

L’association pour le développement de la betterave fourragère monogerme a réalisé, comme chaque année, plusieurs essais comparatifs de variétés actuellement commercialisées afin de servir de référence. Le regroupement ci-joint des essais réalisés en Normandie, dans le Nord et le Pas-de-Calais montre le potentiel élevé des variétés actuelles.

Pour donner aux éleveurs et aux techniciens toutes les informations nécessaires à la culture et à l’utilisation de la betterave fourragère, l’ADBFM vient d’éditer une brochure technique de 24 pages « La Betterave Fourragère de A à Z ». Ce document présente de manière simple tout ce qu’il faut savoir pour implanter et entretenir la culture dans de bonnes conditions, la récolter, la conserver et la distribuer aux animaux d’élevage. Cette brochure peut être commandée ou téléchargée à partir du site de référence : www.betterave-fourragere.org

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière