Aller au contenu principal
Font Size

La baisse des émissions de méthane rétribuée

Pour la première fois en France, 429 éleveurs faisant partie de l'association Bleu Blanc Coeur vont être payés pour les réductions d’émissions de méthane, permises par les changements dans l’alimentation de leurs vaches.

© ???????

«Montrer que mes choix techniques pour améliorer l’alimentation et la santé de mes animaux permettent d’économiser du méthane est une communication positive pour mon exploitation, apprécie Julien Frémont, éleveur dans le bocage nantais. Je peux prouver que j’économise l’équivalent de 30 tonnes de CO2». Comme 429 éleveurs, il participe, sous l’égide de l’association Bleu Blanc Cœur, à la démarche Eco-méthane, une méthode de mesure et de réduction des émissions de méthane.  «Nous avons établi une équation permettant de calculer les émissions de méthane en fonction des acides gras du lait, qu’une simple analyse de lait en routine donne», explique Pierre Weill, co-président de l’association Bleu Blanc Cœur. Ces mesures permettent de prouver les réductions, de 5 à 30%, permises par un changement de ration, comme le menu Bleu Blanc Cœur, à base de lin, lupin, luzerne, herbe et autres aliments riches en Oméga 3. «En 2012, notre méthodologie a été reconnue au niveau international, retrace Jean-Pierre Pasquet, éleveur à Chatillon-en-Vendelais (Ille-et-Vilaine), co-président. De l’amélioration de nos pratiques, nous avons pu aller vers un contrat entre les éleveurs et la société qui les rémunère pour la pollution évitée». Soit 639 tonnes  de méthane en 2015 soit l’équivalent de 8 123 voitures qui seraient restées au garage.

" Une reconnaissance qui donne du sens à notre travail"

«Jusqu’à présent, nous avions la satisfaction de faire quelque chose pour l’environnement, c’est bien mais une incitation financière est un plus», reconnait Jean-Pasquet. L’association Bleu Blanc Cœur convertit le méthane en CO2, monétisable sur le marché du carbone. Pour compléter le bas prix de la tonne de CO2, l’association a cherché des partenaires prêts à donner de la valeur à ces économies de gaz à effet de serre. Des communes, comme Liffré en Ille-et -Vilaine ; des entreprises, depuis des groupes nationaux comme Orange et EDF jusqu’à des entreprises locales, ont répondu présents. Pour une enveloppe en 2015, de 138 000 euros. Pour la répartir entre les 429 éleveurs, Bleu Blanc Cœur a tenu compte des réductions d’émission de méthane, des changements de pratique, de la valorisation ou non des produits dans une filière Bleu Blanc Coeur…. «Plutôt que de reverser, en moyenne 350 euros, qui n’aurait été qu’une goutte d’eau dans la comptabilité de l’exploitation, nous avons préféré les convertir en outils de promotion et en chèques cadeau pour que toute la famille en profite», explique Jean-Pierre Pasquet. «Plus que la somme, c’est une reconnaissance qui donne du sens à notre travail, se félicite Julien Frémont. Avec Eco-méthane, on est dans un cercle vertueux qui aide à faire changer les pratiques».

2016 verra la création d’un fonds de dotation pour permettre des réductions d’impôts. «La défiscalisation est la reconnaissance de l’intérêt public de notre démarche», apprécie Pierre Weill. C’est le début d’une économie du carbone en élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière