Aller au contenu principal
Font Size

Question d’éleveur
La baisse de la durée des chaleurs impacte-t-elle la fertilité ?

Suite à la publication du dossier Des outils pour booster la repro, Jérôme Cailleau, en Gaec en Ille-et-Vilaine, demande si le raccourcissement de la période de chaleur raccourcit aussi celle où la vache est fertile.

"Dans le dossier intitulé Des outils pour booster la repro (1), une phrase m’interroge : 'la durée moyenne des chaleurs est passée de 18-20 heures dans les années 80 à seulement 4-8 heures aujourd'hui.' Et l’article d’enchaîner sur les techniques pour faciliter la détection de ces chaleurs. Mais ce qui m’interroge, c’est principalement de savoir si le raccourcissement de la période de chaleur raccourcit aussi la période où la vache est fertile. Autrement dit, pour moi qui suis éleveur, est-ce que le fait que les chaleurs soient plus courtes aujourd’hui qu’il y a trente ans signifie que mes vaches ont moins de chance de prendre qu’il y a trente ans ? Et accessoirement, je me demande si c’est valable pour d’autres races que la Holstein. Je travaille sur un troupeau croisé Holstein, Brune des Alpes, Jersiaise, avec beaucoup de taureaux importés des États-Unis. Et je me demande aussi quelle est la raison de ce raccourcissement."

Réponse de Fabrice Bidan de l’Institut de l’élevage et Catherine Disenhaus d’Agrocampus Ouest :

"En effet, aujourd’hui nous notons une dégradation de la durée moyenne des chaleurs par rapport à ce qui était observé il y a 35-40 ans. Dans cette phrase, il est question de l’expression de la chaleur (ou œstrus), soit le comportement observable. Le raccourcissement de cette phase n’est documenté que chez la Prim’Holstein (et un peu en Normande) en relation directe avec la production laitière au moment de l’ovulation… Ce n’est donc pas vrai pour les génisses. La durée moyenne est comprise entre 4 à 8 heures pour l’acceptation du chevauchement (mais parfois plus pour certaines vaches) et environ 14 heures pour les autres signes secondaires (flehmen, léchages, menton sur la croupe…). À cela, s’accompagne une augmentation des cycles allongés et de la fréquence des anomalies de cyclicité modifiant les repères calendaires de surveillance.

Aucune conséquence sur la « période » de fertilité de vos animaux

Pour ce qui est de la conséquence sur la fertilité de vos vaches, elle existe du fait que vous pouvez avoir plus de difficultés à identifier les animaux en chaleurs, et donc à les inséminer au bon moment. Cela n’a aucune conséquence sur la « période » de fertilité de vos animaux. Pour rappel, la dégradation de la fertilité est un mixte entre l’aptitude à être fécondé et le bon moment pour inséminer qui se traduit par la capacité d’un animal à exprimer une chaleur et la surveillance de l’éleveur.

Avant l’intégration de la fertilité dans les schémas de sélection, la sélection génétique sur la production a, conjointement avec d’autres facteurs (agrandissement des troupeaux notamment), entraîné une diminution de la fertilité particulièrement observée en Prim’Holstein. Cette diminution s’explique par une multitude de facteurs (diminution de la durée d’œstrus et de la qualité ovocytaire, augmentation des mortalités embryonnaires précoces….).

Une ovulation silencieuse n’est pas forcément moins fertile

Le lien entre la diminution de la durée de l’œstrus et les autres facteurs n’a pas été établi. Ainsi, une vache avec une ovulation silencieuse (8 à 15 % des ovulations) n’est pas forcément moins fertile si l’insémination est faite au bon moment. Enfin, ce n’est pas parce que les chaleurs sont plus courtes qu’il y aura forcément une moindre qualité ovocytaire (et une fertilité moins bonne). Cependant, ce sont les facteurs métaboliques (liés notamment au niveau de production) qui peuvent impacter l’expression des chaleurs… mais aussi impacter la qualité ovocytaire.

Ceci étant, plus la production est élevée plus les chaleurs sont courtes (en moyenne avec une très forte variabilité), mais aucune relation n’a été mise en évidence avec la réussite de l’IA en inséminant 12 heures après le début des chaleurs. En conclusion, pour votre troupeau, ce phénomène peut exister mais il est probable qu’il soit plus marqué pour la Prim’Holstein que pour la Brune ou la Jersiaise, et ceci impactera surtout la surveillance de vos animaux.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière