Aller au contenu principal

Génétique bovine
« La baisse de fertilité est faiblement liée à la génétique, » estime Pascale Le Mézec

La fertilité (taux de réussite à l´insémination) en Prim´Holstein se dégrade. L´Institut de l´élevage décortique actuellement les résultats d´insémination pour évaluer les causes de cette baisse.


Dans certaines zones d´insémination, le nombre moyen de vêlages obtenus après 100 inséminations est passé de 45 à 40 en moins de 10 ans en race Prim´Holstein. Une dégradation plutôt importante. Mais derrière ces données brutes se cachent une multitude de causes. Difficile de faire le tri entre la part de la sélection sur la production laitière (un caractère corrélé négativement avec la fertilité) et les conditions d´élevage. Cette tendance préoccupante est à l´origine de l´étude en cours menée par Pascale Le Mézec et Delphine Duclos, de l´Institut de l´élevage, en collaboration avec l´Inra.
Quelle est la part de la sélection en production laitière dans la baisse de fertilité des vaches ?
Pascale Le Mézec - La dégradation de la fertilité en race Prim´Holstein pose effectivement des questions. Dans cette race, selon des résultats obtenus dans quatre départements représentatifs, le taux de réussite moyen après insémination est passé de 45 % à 40 % en moins de dix ans. Tout le problème est de mesurer la part de la génétique dans ce résultat issu d´observations brutes. C´est l´objet d´une étude que nous menons depuis mars 2004 avec l´Inra et dont les résultats seront connus au printemps prochain. Mais il faut garder à l´esprit que la fertilité est un caractère peu héritable (h2 = 1 à 2 %). Cela veut dire que la génétique n´explique qu´une faible partie des variations des résultats de reproduction que nous observons. La plus grande proportion est liée aux conditions d´élevage.
Pourtant, ce phénomène touche surtout la Prim´Holstein.
P. L.M. - De fait. Nous savons qu´il existe une corrélation génétique négative entre la production laitière et la fertilité des vaches. Une sélection qui serait uniquement basée sur la production laitière entraînerait une baisse de fertilité de 0,3 à 0,5 point par an soit au maximum 5 points en dix ans. Dans la race Prim´Holstein, la plus spécialisée en lait, on observe effectivement un niveau moyen de fertilité moins élevé et une baisse plus importante que dans les races Montbéliarde et Normande. Mais nous n´estimons pas encore avec précision la part exacte de la génétique dans cette baisse. Dans ces résultats, les aspects génétiques sont masqués par l´âge des animaux, les systèmes d´élevage, l´évolution de la conduite. Qui plus est, les chiffres énoncés précédemment ne sont valables que dans le cas d´une sélection basée uniquement sur la production laitière, ce qui n´a jamais été le cas même en Prim´Holstein.
Quelles sont les solutions apportées par la sélection ?
P. L.M. - Les taureaux ont un index fertilité femelle depuis 1998. Concrètement un taureau a un index compris généralement entre - 2 et + 2. Un index de + 1 permet en moyenne une amélioration de la fertilité des filles de 2,5 points, à condition que la détection des chaleurs soit bonne. Avec un index de + 2, le progrès espéré est de 5 points. Inversement, un index négatif correspond à une dégradation de la fertilité. Mais attention, l´index fertilité individuel des taureaux est sensible aux apports de nouvelles informations massives, surtout lors de l´arrivée des génisses puis des vaches de service. La prise en compte de la fertilité dans les objectifs de sélection des différentes races est le moyen le plus efficace de stopper la dégradation observée, voire d´espérer une amélioration. L´index fertilité est entré dans la formule de l´ISU en 2001. Il compte pour 12,5 %.
A-t-on atteint le creux de la vague ?
P. L.M. - Nous sommes dans la période la plus difficile sur le plan génétique. Des taureaux détériorateurs comme plusieurs fils de Mascot (l´index fertilité moyen des 74 fils de Mascot qui ont été agréés est de - 0,7) ou même des plus anciens comme Gibbon (FER =-1,0) ou Gemidge (FER =-1,5) ont fait beaucoup d´IA et ont encore une forte influence dans les élevages actuellement. Heureusement, il y a de la diversité et certains taureaux très utilisés comme Heldostar (FER = +1,7) ont laissé des filles plus fertiles. Dans les générations plus récentes, il faut citer Merdrignac (FER = +3,4). En étudiant les bilans génétiques annuels des inséminations, on pense qu´ensuite cela va s´améliorer, probablement avec les vaches qui auront 4 ans en 2007-2008.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière