Aller au contenu principal

Jouer la complémentarité entre éleveurs et céréaliers

Colloque Inra à Poitiers. Des agriculteurs et des chercheurs essaient aujourd’hui de réassocier élevage et grandes cultures au niveau du territoire.

L’UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES
LÉGUMINEUSES dans les rotations
céréalières présente de nombreux
avantages au niveau de l’environnement
et de la qualité des sols.
L’UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES
LÉGUMINEUSES dans les rotations
céréalières présente de nombreux
avantages au niveau de l’environnement
et de la qualité des sols.
© V. Bargain

«Depuis les années 70, l’agriculture a été marquée par une séparation géographique des grandes cultures et de l’élevage » a résumé Carl Gaigné, de l’Inra, lors d’un colloque(1) organisé par l’Inra à Poitiers le 24 octobre.


« Aujourd’hui des limites à cette séparation apparaissent au niveau de l’environnement, en termes de qualité de l’eau, perte de biodiversité, mais aussi de l’agronomie avec la baisse des rendements, les problèmes d’enherbement »
constate Carl Laigné.


Et certains facteurs comme la hausse du prix de l’énergie et la volatilité des prix font que des réflexions sont menées pour réassocier cultures et élevage. Les objectifs sont d’assurer la durabilité des agroécosystèmes (recouplage des cycles de l’azote et du carbone, stockage du carbone dans le sol, biodiversité, gestion des adventices…) et de rendre les exploitations plus autonomes (aliments, énergie, paille, fertilisants) et plus résistantes aux aléas.

Des échanges entre éleveurs et céréaliers en Poitou-Charentes


À la demande de ses adhérents, la Coopérative Entente Agricole, qui compte 400 adhérents, dont la moitié de céréaliers et la moitié d’éleveurs, a mis en place depuis deux ans des échanges entre céréaliers et éleveurs.


Les céréaliers produisent de la luzerne qu’ils vendent aux éleveurs via la coopérative. Au printemps 2013, 250 ha seront ainsi implantés en luzerne par 30 céréaliers, l’objectif étant d’arriver à 500 ha avec 30- 50 céréaliers et 30-50 éleveurs.


Cette initiative soutenue par la région Poitou-Charentes et les Conseils Généraux de Charente- Maritime et Deux-Sèvres, est suivie en recherche par le CNRS au Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC). « L’objectif est notamment de déterminer les règles de décision et l’organisation des contrats » précise Vincent Bretagnolle, du CEBC-CNRS. Plusieurs types de contrat sont testés, dont un incluant une année dédiée à la biodiversité, au cours de laquelle la luzerne ne sera fauchée qu’en fin de saison.


Une autre initiative, dans la Vienne, est celle du Civam de Châtellerault, région où les grandes cultures se sont beaucoup développées et où il reste très peu d’éleveurs. Fin 2009, le Civam a mis en place un site internet sur lequel les céréaliers qui veulent diversifier leurs cultures proposent des produits (foin de luzerne, de prairies, protéagineux, sainfoin, mélanges céréales-protéagineux, féverole, pois) et sur lequel des éleveurs expriment leurs besoins.


Les éleveurs sont des adhérents d’autres Civam en Poitou-Charentes qui manquent de surface pour nourrir leurs animaux et veulent s’affranchir de la volatilité des prix. La plupart sont situés dans le sud Vienne, à 40 km de Châtellerault, et dans le nord Deux-Sèvres, à 60-70 km. Des contrats, le plus souvent oraux, sont passés entre céréaliers et éleveurs, en général sur 3-4 ans. Les produits sont vendus en direct, sans intermédiaire, et des prix plancher et plafond ont été décidés en commun. Environ 50 agriculteurs se servent du site et le système s’est aussi développé au niveau local (sans passer par le site).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière