Aller au contenu principal
Font Size

Elargissement de l´Europe
Jean-Pierre Carlier estime qu´il y a « peu de risques pour les marchés laitiers européens »

Avec les quotas, la production des nouveaux Etats-membres ne devrait pas beaucoup augmenter, alors que leur consommation intérieure devrait plutôt progresser. C´est l´avis de Jean-Pierre Carlier, de l´Association de la transformation laitière.


RLE : Certains craignent que les agriculteurs des dix nouveaux Etats-membres deviennent plus compétitifs que ceux de l´UE des quinze, notamment à cause de la main-d´oeuvre bon marché. Que leur répondez-vous ?

Jean-Pierre Carlier - L´argument des salaires, beaucoup plus bas, ne tient pas. En Pologne, il y a deux ans, pour fabriquer un même tonnage de beurre et de poudre, il fallait six fois plus d´employés qu´en France ! A cette main-d´oeuvre vient s´ajouter un handicap logistique important. Il existe du lait à bas prix dans ces pays, mais il n´est pas aux normes européennes. Aujourd´hui, le lait aux normes (1) est payé autour de 0,25-0,26 e/l (1,70 F/l) ; cet écart de prix, vu les handicaps actuels au niveau de la production et de la transformation, n´est pas un problème.
Chaque pays sera bénéficiaire de l´élargissement, en particulier les agriculteurs. L´élargissement, c´est un pari économique. Les nouveaux membres, qui ont un niveau de vie très inférieur au nôtre, vont progressivement se rapprocher de nous, comme cela a été le cas pour l´Espagne et le Portugal. L´Union européenne représentera un grand marché de plus de 500 millions de consommateurs où les biens et les services pourront circuler librement. Les courants d´échanges vont s´intensifier entre les Peco (2) et l´Europe des Quinze.

Y a-t-il un risque de déséquilibre des marchés laitiers européens ?

J.-P. C. - A moyen terme sur 2008, il n´y a aucune raison de penser que l´élargissement amènera des éléments de déséquilibre des marchés européens. On sait que leur production, avec les quotas, ne va pas beaucoup augmenter, alors que leur consommation intérieure va plutôt progresser. Ils sont globalement légèrement excédentaires et devraient le rester. A plus long terme non plus, d´après nos études, il ne devrait pas y avoir de graves déséquilibres.

Que pensez-vous des niveaux de quotas attribués aux dix futurs Etats-membres lors du sommet de Copenhague ?

J.-P. C. - Les quotas ont été fixés à un niveau légèrement inférieur à leur production de ces dernières années (- 3 à - 5 %). Il aurait été plus juste de leur donner plus, c´est un niveau trop bas. La conséquence est que la plupart de ces pays sont très mécontents et très agressifs vis-à-vis du système des quotas. A partir du 1er mai 2004, ils siègeront au Conseil des ministres. Le risque est que, si la décision de prolonger les quotas n´est pas prise avant le 1er mai 2004, la question du maintien des quotas sera rendue particulièrement délicate. Il faut savoir que la « bande des quatre » (pays libéraux) favorables à la suppression des quotas plus la moitié des Peco représente 123 voix, alors que la minorité de blocage dans l´UE à 25 est à 88 voix.

Les quotas seront-ils réellement appliqués dans les nouveaux Etats-membres ?

J.-P. C. - S´ils en ont la volonté politique, la Hongrie, la Tchéquie et la Slovaquie seront en mesure de les appliquer. La Slovénie et l´Estonie devraient pouvoir le faire assez vite. Par contre, il est certain que la Pologne, où il existe une multitude de tout petits producteurs avec quelques vaches, la Lettonie et la Lituanie, ne pourront pas appliquer notre système de quotas. Mais l´Italie ne les a pas appliqués non plus pendant des années.
Que pensez-vous du niveau d´aides directes qui leur a été attribué ?
J.-P. C. - Ces pays sont obligés de dire qu´ils ne sont pas satisfaits. Mais ils pourront, dès la première année, amener le niveau d´ aides directes à 45 % du niveau des aides directes des quinze, avec un système totalement découplé. Ils pourront en effet compléter les aides attribuées (25 % la première année) par des crédits européens destinés au développement rural et avec leurs ressources budgétaires nationales. Compte tenu de la grande différence de niveau de vie entre ces pays et les quinze, ces 50 % d´aides directes sont équivalents en terme de pouvoir d´achat de biens de consommations à nos 100 %.


(1) plus de 90 % du lait livré aux laiteries en Hongrie, République tchèque et Slovaquie.
(2) Peco : pays d´Europe centrale et orientale
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière