Aller au contenu principal

Joël Pitrel, éleveur dans la Manche
" Je recours à la bineuse de la Cuma depuis quinze ans "

Joël Pitrel, éleveur dans la Manche
© DR

« J’exploite 75 hectares en conventionnel et j’utilise la bineuse que nous avons achetée en Cuma, depuis quinze ans. C’est une bineuse six rangs qui peut combiner en un seul passage un désherbage mécanique sur l’interrang et un chimique sur le rang. Mais j’ai utilisé cette possibilité les trois premières années seulement, car il était trop délicat d’allier à la fois les conditions idéales pour une bonne efficacité de traitement (humidité de l’air, sol frais) et celles favorables au binage (temps chaud et sec).

Passage à 8-10 feuilles du maïs

Désormais, je réalise un premier passage en post-levée précoce. Et j’interviens mécaniquement au second passage. Je bine juste avant le recouvrement de l’interrang, vers 8-10 feuilles du maïs. Le sol doit être bien ressuyé et il faut de la chaleur les deux jours suivants pour dessécher les adventices déracinées.

J’interviens sur un sol nivelé et suffisamment affiné. L’écartement entre rangs est de 75 cm. Le passage de l’outil s’effectue à 10 km/h. Cette vitesse permet un buttage du rang par projection de terre, ce qui permet de limiter partiellement le salissement du rang. Le temps passé (2 ha/h) est plus élevé qu’un traitement effectué au pulvérisateur, mais comme j’ai seulement une douzaine d’hectares de maïs, je peux tout faire dans l’après-midi. Je bénéficie d’une plage d’intervention plus large qu’avec le pulvé et je peux biner même s’il y a un peu de vent.

Attention avec les vivaces

J’accepte un peu plus de salissement mais les rendements sont au minimum de 16 tMS/ha, tout en maintenant un niveau de propreté des parcelles très correct. Une année sur cinq, j’ai besoin d’effectuer un second passage. Cela a été le cas il y a deux ans avec un mois de juin très humide qui avait favorisé les relevées d’adventices, ou lorsque les mauvaises herbes sont trop développées. Seuls les liserons posent problème. Dans ce cas, je passe un coup de pulvé et je sème une prairie temporaire après le maïs pour les éliminer dans la rotation.

La bineuse permet de réduire sensiblement les herbicides (IFT à 0,70). Nous sommes peu nombreux à y recourir au sein de la Cuma. L’an dernier, deux adhérents, qui ne l’utilisaient pas d’habitude, l’ont toutefois empruntée pour se débarrasser de ray-grass résistants aux herbicides. »

« La réussite dépend des conditions climatiques »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Évolution des résultats courants par UMO exploitant des systèmes bovins lait279 exploitations des réseaux d’élevage Inosys © Source : GEB-Institut de ...
Des estimations de revenus 2020 en baisse dans tous les systèmes laitiers des réseaux d'élevage
D’après les estimations réalisées sur les fermes laitières des réseaux d’élevage Inosys, le revenu baisse de 500 à 10 800 euros…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière