Aller au contenu principal
Font Size

Michel DUMONT, de l’EARL Dumont, dans le Calvados
« Je cultive du méteil grain, un concentré économe et équilibré »

« Un itinéraire
technique
facile et
économique »
« Un itinéraire
technique
facile et
économique »
© EARL Dumont

« Je suis toujours à la recherche d’un maximum d’autonomie sur notre élevage de 60 vaches à 9 300 litres et 90 truies naisseur-engraisseur.


Je cultive depuis plusieurs années déjà divers protéagineux (lupin, pois…), du colza que je presse à la ferme, ainsi que de la luzerne.


L’année dernière, j’ai semé fin octobre 9 ha de méteil que j’ai récolté en grain début août. Le mélange se constitue pour 50 % de céréales et 50 % de protéagineux. J’ai utilisé du triticale (Joyce, 70 kg/ha), de la féverole (Diva, 40 kg/ha), du pois fourrager (Assas, 10 kg/ha) et du pois protéagineux (Enduro, 29 kg/ha).


Je sème en deux temps : d’abord la féverole avant labour, et le reste, après labour, à 2-3 cm de profondeur. Je préfère enfouir davantage la féverole (15 cm) car elle est sensible au gel (-12 °C). Juste après le semis, je passe un herbicide de pré-levée ; c’est le seul apport d’intrant.


L’intérêt du méteil tient à sa rusticité et à la complémentarité entre les cultures de céréales et légumineuses.


Pour la récolte, je me base sur la maturité de la féverole. Cette année, quand j’ai récolté (première décade d’août), les pois étaient déjà mûrs depuis un mois, mais ils ne sont pas égrainés. La moissonneuse est réglée comme pour de la féverole. Pour éviter les bourrages, mieux vaut positionner une scie à colza au niveau des diviseurs. Il n’y a pas eu de pertes derrière la machine. Contrairement aux mélanges qui contiennent de la vesce, rien n’avait versé. Le rendement s’est élevé à 50 q/ha. Visuellement, le triticale semblait prédominant ; il a représenté 51 % du rendement dans la trémie, les pois 18 %, et 31 % pour la féverole.


EN CAS D’ANNÉE DIFFICILE, LE MÉTEIL SERT AUSSI DE FOURRAGE D’APPOINT


Les analyses réalisées par la chambre d’agriculture indiquent des valeurs alimentaires de 1,06 UFL/kg MS, 109 PDIN et 89 PDIE.


Le méteil grain est conservé dans une cellule de stockage comme une céréale classique, puis broyé avant la distribution ; les fanes sont utilisées comme litière.


Cet automne, j’en ai semé 13 ha, mais en réduisant cette fois un peu la part du triticale par rapport à l’ensemble des protéagineux (40/60). Avec une part de féverole plus importante dans le mélange, celle-ci surmontera plus facilement l’écran végétatif créé par le triticale.


L’autre intérêt que je vois à cultiver du méteil est de pouvoir le récolter en fourrage, si on craint un manque de stock. Nous sommes situés en zone sèche, plutôt qu’ensiler des céréales immatures au printemps en cas de pénurie, autant miser sur le méteil, qui ramènera davantage de protéines dans la ration. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière