Aller au contenu principal
Font Size

« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »

Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000 litres de lait, dont 300 000 litres sont transformés en fourme de Rochefort-Montagne.

Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. »
© Gaec Battut

« Mon système fourrager est conduit de manière raisonnée mais assez intensive. Le siège de l’exploitation est à mille mètres d’altitude. Le pâturage est optimisé avec 20 ha pour 85 vaches et 6 à 7 passages. J’ensile 50 ha et je récolte 40 ha de foin de 1ère coupe et 80 ha de 2ème coupe. Je cherche à valoriser au mieux les effluents. Les vaches en lactation et les génisses sont sur logettes et caillebotis et les vaches taries sur aire paillée. Les logettes sont paillées avec de la farine de paille. Je dois gérer annuellement 150 tonnes de fumier et 3 700 m3 de lisier. Les trois fosses à lisier permettent de stocker 1 500 m3.

Le fumier est épandu à l’automne sur des prairies éloignées. Une partie du lisier est apporté sur 30 ha de pâtures assez tardivement à l’automne. Ce n’est pas l’idéal mais je dois sécuriser ma capacité de stockage pour l’hiver. Je commence ensuite à épandre du lisier à la dose de 20 m3/ha à partir de début mars sur les parcelles d’ensilage pour terminer vers le 10 avril sur les fauches tardives. Toutes les parcelles fauchées reçoivent un deuxième apport de 15 m3/ha. J’apporte 40 u/ha d’azote sur les prairies ensilées, vers les 25 mars, et sur les pâtures après le deuxième voire le troisième passage des vaches. Un chaulage est effectué tous les ans (30 tonnes).

Pour épandre le lisier, j’utilise soit ma tonne de 11 m3 soit celle de la Cuma de 14 m3. La mienne est équipée depuis 2004 d’un enfouisseur à disques de 4,5 mètres de largeur. Il peut être déconnecté sans avoir besoin de le démonter. Je l’utilise principalement sur les parcelles de fauche en période estivale. Je suis convaincu du système mais il n’a pas que des avantages. Il demande plus de puissance de traction (au minimum 150 CV) et le travail est un peu moins rapide. L’entretien est plus coûteux car il y a pas mal de pièces d’usure. »

En savoir plus

Vous pouvez vous référer au guide régional de fertilisation des prairies et cultures fourragères, à retrouver sur le site de la chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Dominique et Adrien Durécu « Nous valorisons beaucoup mieux nos prairies avec des petites parcelles. Les vaches pâturent plus et mieux. Et le résultat est payant ! » © E. Bignon
« Les vaches pâturent plus et mieux grâce au pâturage tournant dynamique »

La ferme de Dominique Durécu et de son fils Adrien, qui va s’installer au 1er juillet, possède un vrai…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière