Aller au contenu principal

«J’ai valorisé 60 ha de couverts pour combler le déficit fourrager »

Un printemps 2011 sec, des ratés dans les semis de maïs… Pour pallier un déficit de stocks fourragers, Nicolas Timmerman a récolté 300 tMS de fourrages en dérobées.

Installé en Gaec (trois associés) à Cuts dans l’Oise, Nicolas Timmerman exploite 300 hectares. Le quota de 1,1 million de litres de lait est produit par 120 Prim’Holstein. Le système, très intensif, s’appuie par conséquent sur une ration à base d’ensilage de maïs.

Mais, en 2011, l’éleveur a loupé une grande partie de ses semis de maïs. « J’ai dû ressemer 25 hectares sur 40 », a expliqué Nicolas Timmerman, lors d’une journée consacrée à la valorisation des couverts en dérobées, co-organisée par Jouffray-Drillaud et la chambre d’agriculture de l’Oise. Et pour enfoncer le clou, le printemps sec a plombé les rendements en ensilage d’herbe et foin.

L’éleveur a donc décidé de semer 80 hectares d’intercultures fourragères et d’en récolter 60 hectares. Une soixantaine d’hectares ont notamment été semés avec un mélange d’avoine, pois fourrager, vesce et trèfle d’Alexandrie et 14 hectares avec du sorgho fourrager.

Aliment appétant, mais à valeurs alimentaires irrégulières

Cette solution a permis de récolter 300 tonnes de matière sèche. Mais avec un niveau de production à 10000 kg de lait par vache, « ce type de fourrage est difficile à utiliser parce qu’on ne connaît pas précisément ses valeurs alimentaires », précise Christelle Récopé, responsable du réseau de fermes de référence de l’Oise.

Cet aliment est appétant, pauvre en matière sèche et en énergie, mais riche en azote. « En dehors d’un problème de déficit fourrager, il est préférable de privilégier l’utilisation des dérobées fourragères avec les élèves ou un troupeau allaitant. »

L’anticipation est essentielle à la bonne valorisation des dérobées par le troupeau laitier. « Le choix des espèces et des variétés dépend de la catégorie d’animaux à laquelle le fourrage est destiné mais aussi de la façon de le conserver », prévient Stéphane Vivien, de Jouffray-Drillaud.

La date de récolte a également une incidence très forte sur la valeur alimentaire du fourrage. « Plus on tarde pour la récolte, plus la valeur alimentaire se dégrade rapidement. »

Au final, l’hiver dernier, Nicolas Timmerman a incorporé 2 kg MS d’ensilage d’intercultures dans la ration des vaches. Équilibrée à 36 kg, la ration se composait également de 9 kg MS d’ensilage de maïs, 2,5 kg de foin de prairie, 3 kg de foin de luzerne, 3 kg de pulpes surpressées, 2 kg de correcteur (42 % de MAT) et 3 kg d’aliment énergétique.

Du trèfle semé dans le blé en mars

Cette année, l’éleveur envisage de semer la même surface mais en diversifiant les couverts. « En fonction des stocks que je pourrai réaliser au printemps, j’implanterai après les escourgeons, soit 25 hectares d’un mélange de sorgho trèfle d’Alexandrie (non récoltés) soit la même surface mais en moha-trèfle d’Alexandrie pour faire du stock. »

Solution plus originale, Nicolas Timmerman a décidé de semer en mars 18 hectares de trèfle en plante compagne dans le blé et 8 hectares de luzerne dans le blé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière