Aller au contenu principal
Font Size

« J’ai divisé par deux la quantité de matière active par hectare"

Réduire la dose de phytos en purifiant l’eau avant le mélange, tel est l’objectif du déminéralisateur. Jean-Claude Gauter, éleveur morbihannais, l’utilise avec succès depuis 2001. Les économies sont au rendez-vous.

7JEAN-CLAUDE GAUTER.
« J’ai rentabilisé cette technique au bout de deux ans. Pour être efficace, elle nécessite de traiter en conditions optimales. »
7JEAN-CLAUDE GAUTER.
« J’ai rentabilisé cette technique au bout de deux ans. Pour être efficace, elle nécessite de traiter en conditions optimales. »
© DR

«La composition minérale de l’eau (calcium, fer, manganèse, etc) et sa dureté impactent beaucoup l’efficacité des produits phytosanitaires, révèle Joël Lorcy, de la société Agri-Tech Service. Si l’on retire de l’eau les éléments qui gênent la solubilité des matières actives, l’efficacité des produits se trouve renforcée. D’où des réductions de doses possibles et des économies en phytos à la clé. »

Cela est rendu possible grâce à un déminéralisateur. Cet appareil se présente comme une grosse bonbonne composée de différents éléments filtrants, notamment une résine capable de capter les cations. Il permet à la fois de nettoyer l’eau de toutes ses impuretés pour obtenir une dureté proche de zéro, et d’en adapter le pH avant d’incorporer les produits de traitement. « Ce procédé permet de réduire de 30 à 40 % la dose habituellement préconisée par les techniciens. »

Des matières actives plus efficaces avec une eau déminéralisée

Jean-Claude Gauter, éleveur à Pluvigner dans le Morbihan, utilise un déminéralisateur depuis 2001. « Cela représente un investissement la première année, mais j’économise vraiment sur les phytos », commente l’exploitant. D’après la société Agri-Tech Service, le retour sur investissement s’effectue, selon les surfaces à traiter, en deux à trois ans.

En tout, l’installation a coûté 4600 € dont la pose de buses performantes, notamment des buses anti-dérive à injection d’air pour mieux localiser l’application, et une formation individuelle à cette technique. Depuis, la facture de phytos a été plus que divisée par deux. Entre 2000 et 2001, elle est passée de 3800 à 1500 € par an pour une même surface traitée. « J’ai pu réduire par trois les quantités de matières actives en fongicides et par deux en herbicides. J’utilise aussi moins d’eau (100 l/ha) pour les traitements, détaille l’éleveur, visiblement satisfait de ce procédé. Je traite le maïs en deux passages de post-levée. Le premier au stade 2-3 feuilles avec un mélange adjuvant Heliosol 0,30 l/ha + Milagro 0,20 l/ha + Callisto 0,20 l/ha + Cadeli (0,25 l/ha). Le second au stade 6-9 feuilles avec le même mélange. »

Aussi bien qu’avant, mais avec moins d’intrants

Les résultats techniques sont au rendez-vous. « Je fais aussi bien qu’avant, mais avec moins d’intrants, résume Jean-Claude en souriant. Je n’ai pas observé de différence de salissement sur les parcelles. Et en rendement maïs, je continue de tourner en moyenne à 13-14 tMS/ha. L’an dernier, je suis même monté à 16 tMS/ha. » Cette technique requiert néanmoins plus de rigueur dans l’application des produits. « Il faut être pointilleux car la marge de sécurité est plus réduite. D’où la nécessité de traiter en conditions optimales avec une hygrométrie supérieure à 65 % (très tôt le matin), jamais sous forte chaleur, ni en cas de vent ou d’importantes variations de température entre la nuit et le jour."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière