Aller au contenu principal

Isigny Ste-Mère lance la construction de sa sixième tour de séchage

Pour accompagner la montée en puissance de ses productions de poudres de lait infantile, la coopérative normande vient d’inaugurer un laboratoire ultramoderne exclusivement dédié au lait infantile.

Plus de la moitié des 410 millions de chiffre d‘affaires d’Isigny Sainte-Mère(1) provient  de la production de poudres de lait infantile. En 2018, 40 000 tonnes ont été fabriquées dans les cinq tours de séchage de la coopérative, ce qui la place parmi les leaers européens. L'outil est arrivé aujourd'hui à saturation. Une sixième tour, dont le projet avait été annoncé lors de l'AG de 2018, permettra d’augmenter la capacité de production de l’outil de 25 000 tonnes. Les travaux ont démarré en mars, pour une mise en route prévue au deuxième semestre 2020. « Nous avons déjà les marchés », affirme le président d'Isigny Sainte-Mère, Arnaud Fossey. La nouvelle unité représente un investissement de 65 millions d'euros (M€). Elle fait partie d’un programme d’investissement de 150 millions d'euros sur trois ans (2019-2021) qui a été annoncé le 1er mars dernier lors de l’inauguration du nouveau laboratoire d’analyses dédié exclusivement à la poudre de lait infantile.

Programme de 150 millions d’euros sur trois ans

La construction de ce nouveau laboratoire (7 M€) était indispensable pour accompagner cette croissance. Un million d’analyses y seront réalisées chaque année par 80 personnes, grâce à 300 équipements de pointe, à raison de 250 analyses par lot de 15 à 20 tonnes : des analyses physicochimiques, bactériologiques, mais aussi gustatives. « Plus de 250 formules différentes sont élaborées en partenariat avec nos clients, souligne Daniel Delahaye, directeur général de la coopérative. Le fait d’avoir un laboratoire en interne nous permet d’être plus réactifs par rapport aux analyses en production, le temps de réponse est plus court. » Il permet de réaliser les plans de contrôles pour vérifier que les formules sont conformes aux normes ISO, aux réglementations de chaque pays et aux exigences des clients. Le laboratoire est en cours de certification Cofrac, norme reconnue internationalement. " Elle permettra de faire des analyses pour des fabricants extérieurs, mais elle est surtout destinée à rassurer nos clients français et étrangers sur notre expertise.»

80 % des poudres infantiles fabriquées par la coopérative partent à l’export. 30 % de ces 80% sont exportés vers la Chine, notamment via son partenaire Biostime (entré au capital à hauteur de 20 % ). Isigny détient aussi des marchés en France, en Europe, au Moyen-Orient, dans d’autres pays asiatiques… « Toutes nos formules sont des formules ouvertes. Nous sommes des façonniers : nous travaillons pour des sociétés distributrices (des sociétés pharmaceutiques ou spécialisées dans le lait infantile), très rarement en mariant nos marques (en dehors de Biostim) ", précise Daniel Delahaye. Chaque jour, 2,5 millions de bébés sont nourris par Isigny  dans le monde. Une lourde responsabilité : " le lait infantile est un métier du détail, de la rigueur, on n’a pas le droit à l’erreur ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Anthony Balard, dans l'Aveyron. © B. Griffoul
"Mon chien électrique « fait maison » est bien pratique en aire d’attente"
Anthony Balard, dans l’Aveyron, a fabriqué un chien électrique pour l’aire d’attente qui permet de gagner dix minutes sur le…
Les 65 élevages en conventionnel sont tous situés dans un rayon de 40 kilomètres autour de la laiterie bretonne. © C. Pruilh
En Bretagne, la laiterieTriballat Noyal veut réduire les livraisons de lait conventionnel de moitié
La laiterie d’Ille-et-Vilaine veut baisser rapidement les livraisons de lait conventionnel, et le mettre sous cahier des charges.
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière