Aller au contenu principal
Font Size

Entreprises laitières
Isigny explique sa stratégie

L´évolution des techniques et le risque de contamination du lait ont conduit la coopérative a abandonner le lait cru au profit du lait microfiltré.


A en croire Claude Granjon, directeur adjoint de la coopérative d´Isigny Sainte-Mère « on sera à l´avenir incapable de fabriquer des fromages à pâtes molles à partir de lait cru ». « Nous en sommes convaincus », a-t-il affirmé lors d´une journée organisée pour la presse le 22 mai dernier. Une journée motivée par la polémique suscitée par son abandon du lait cru, et au cours de laquelle la coopérative du Calvados a développé son argumentation.
Depuis vingt à vingt-cinq ans, les conditions de production ont beaucoup évolué. L´aseptisation de l´environnement du lait cru a permis de réduire considérablement la flore totale du lait. Malheureusement, cette réduction s´est faite au détriment d´une flore lactique indispensable à la fabrication des fromages, affirme-t-elle. Parallèlement, une flore psychotrophe (liée au refroidissement du lait) s´est développée, et les germes pathogènes tels que Listeria, E. Coli, Staphylococcus aureus. (en cas de contamination) ont trouvé davantage de place pour se développer.

Du lait microfiltré réensemencé
« La microfiltration permet de se débarrasser de cette flore psychotrophe et des pathogènes », a expliqué Alexis Desmares, responsable qualité et sécurité alimentaire. Les Listeria, mais aussi les E. Coli pathogènes sont éliminées. Et notamment la souche E. Coli 026(1) responsable fin 2005 de l´hospitalisation pour insuffisance rénale de six enfants ayant consommé des camemberts au lait cru. Une bactérie que jusqu´à présent seul le laboratoire de l´Afssa de Lyon est capable d´identifier (une méthode d´analyse plus accessible et plus rapide devrait toutefois être mise au point avant la fin de l´année). La microfiltration est donc pour la coopérative un moyen de réduire le risque d´accidents sanitaires, mais aussi le risque économique lié à la destruction de lots importants de fromages.
Ceci, sans altérer le goût, affirme-t-elle. Car après cette étape de « débactérisation », le lait est réensemencé avec un cocktail de souches lactiques issues du terroir. Un réensemencement qui était déjà pratiqué depuis longtemps sur le lait cru. « Cela nous a permis de compenser l´appauvrissement des laits crus en flore « utile », tout en gardant notre typicité en n´ayant pas recours à des ferments du commerce commun à toute la profession ».
Les 250 producteurs (sur les 650 de la coopérative) dont le lait sert à fabriquer les camemberts doivent suivre le même cahier des charges pour le camembert au lait microfiltré que pour le camembert AOC au lait cru.
L´installation de microfiltration. Lait cru ou microfiltré : au jeu gustatif, aucun panel de consommateurs n´a penché plus pour l´un que pour l´autre. ©A. Conté

La quasi-totalité à la fin de l´été
Aujourd´hui, la quasi-totalité des camemberts AOC au lait cru sous marque Isigny ont basculé en lait microfiltré : ils ne bénéficient plus du logo AOC. « Un mois et demi après le changement d´étiquette, nous n´avons pas enregistré de baisse de consommation sur notre marque », constate Luc Sénécal, directeur commercial. Côté marques de distributeurs, près de 80 % des volumes fabriqués auraient basculé en camemberts microfiltrés. « Certaines enseignes sont un peu plus réticentes, mais les 23-24 % restants devraient passer en lait microfiltré pendant l´été. » Seuls les camemberts fabriqués dans l´atelier de moulage à la main (quelques milliers par jour) resteront au lait cru : ce qui permettra à Isigny de garder un pied dans le syndicat des transformateurs de camemberts de Normandie. Car la coopérative (de concert avec Lactalis) espère toujours faire accepter la microfiltration et la thermisation dans le cahier des charges de l´AOC.
Le lait cru a un coût et demande un engagement important à tous les niveaux. Le lait microfiltré est la voie de la simplicité, assurément plus compatible avec de gros volumes transformés. Faut-il pour autant l´autoriser au niveau de l´AOC camembert de Normandie ? Était-il nécessaire de mettre le débat sur la place publique au risque de ternir l´image de l´AOC et de la filière lait cru ?

(1) pathogène uniquement pour les enfants de moins de 5 ans.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière