Aller au contenu principal

Peser les concentrés
Investissez dans un peson!

La première façon de faire des économies, c’est de limiter le gaspillage lors de la distribution.

AVEC UN MÊME SEAU, on peut
avoir plus ou moins 1,5 kg
selon la nature du concentré.
AVEC UN MÊME SEAU, on peut
avoir plus ou moins 1,5 kg
selon la nature du concentré.
© Chambre d'agriculture

Cela peut paraître évident mais un coût alimentaire bien maîtrisé passe par des quantités distribuées correctement estimées. C’est loin d’être toujours le cas. « On va très loin dans le calcul des rations dans certains élevages, sans pour autant se préoccuper des contenants qui servent à les distribuer, constate Sabine Dutois, conseillère élevage à la chambre d’agriculture de Seine-Maritime. Souvent les éleveurs réalisent une seule pesée pour une période, en ayant en tête qu’un seau fait tant de kilos et ceci une bonne fois pour toute. »


Or sur la pesée d’un même seau rempli avec les mêmes indications, on peut avoir plus ou moins 1,5 kg selon la nature du concentré. Ramené sur trois seaux, deux fois par jour sur un an, on arrive à un écart de 3350 kg à 335 €/t soit 1100 euros. C’est encore plus vrai avec des minéraux: « plus l’aliment est sous forme farineuse, plus les écarts sont importants. Il y a aussi différentes façon de remplir un seau: bien ras ou bombé sur le dessus. Plus il y a de personnes qui interviennent, plus le risque d’erreur est accru ; faites le test avec vos associés ou stagiaires ». Sans oublier que le seau vert n’a pas forcément le même volume que le seau jaune.


« Un peson coûte une vingtaine d’euros. Il ne s’agit pas de peser tous les jours mais un peu plus souvent », recommande-t-elle.


Avec la tirette, la facture peut vite grimper


Il n’y a pas que les seaux qui sont source d’erreur. Les « tirettes » de salle de traite, aussi. Il est vrai qu’elles sont de plus en plus rares et déconseillées à cause de la poussière qu’elles dégagent. Il est nécessaire de connaître la quantité distribuée à chaque actionnement, d’en tenir compte à chaque changement de ration, et si nécessaire de modifier le réglage. Certaines vaches un peu plus malignes comprennent vite le système pour faire tomber un peu de concentré.


Sans compter qu’il est tentant, quand une vache tape, de donner un coup de tirette pour la calmer… ce qui en réalité ne fait que l’inciter à taper davantage. Avec les tirettes aussi la facture peut vite grimper.


Les Dac sont a priori le moyen le plus fiable pour contrôler les quantités distribuées, « à condition de réajuster les doses dès que le contrôleur est passé, sans attendre une semaine. »


Quant aux rations complètes, pour éviter le gaspillage, il est nécessaire de calculer précisément le nombre de rations à distribuer, en tenant compte de la proportion de première lactation. « Les primipares en vêlage deux ans ont une capacité d’ingestion de 85 % par rapport aux vaches adultes. Sur un troupeau de 60 animaux en lactation avec 20 génisses, celles-ci ne compteront que pour 17 vaches adultes soit un total de 57 rations à distribuer ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière