Aller au contenu principal

Analyses du Céréopa
Intensifier pour gagner plus

Les analyses du Céréopa et de Centralys vont à contre-courant de celles des organismes agrico-les. Pour eux, l´intensification animale est inté-ressante économiquement dans bien des cas.


Avec la nouvelle Pac, quel est l´assolement qui me permet d´optimiser mon revenu ? L´étude prospective, menée par le Céréopa(1) et la firme service d´aliments Centralys, tente de répondre à cette question. Un logiciel, développé par Céréopa, donne des assolements optimisés, suivant le rendement de l´herbe et des cultures, le contexte de prix de vente et de coût des ingrédients de la ration.
Les premières simulations ont été faites sur des exploitations du Grand-Ouest et du Centre. Le logiciel préconise rarement le développement du pâturage, montre l´influence positive de la hausse du niveau de production sur le revenu global, ainsi que l´intérêt de maîtriser le taux de renouvellement.
Faire du blé immature ne serait intéressant qu´en cas de faible rendement en maïs fourrage et de coût du blé élevé. ©E. Bignon

Dans certains cas, par exemple une exploitation sur terrain séchant, l´optimisation économique conduit à l´arrêt du maïs fourrage et à l´utilisation de la luzerne.
« Chercher à maximiser le fourrage et à réduire les concentrés n´est pas forcément un bon calcul. Le logiciel d´optimisation montre au contraire que dans beaucoup de cas, c´est le choix inverse qui est plus intéressant. En augmentant le niveau de production, on a besoin de moins de vaches et on réduit du coup le besoin total en énergie. On a besoin de moins de fourrages, moins de stockage, moins de génisses, et les surfaces libérées peuvent recevoir des cultures de vente. L´affaire reste intéressante même dans des régions à potentiel moyen, et avec de faibles prix », analyse Dominique Tristant, de Céréopa. Reste maintenant au Céréopa à tester les exploitations du sud et de montagne.
(1) Céréopa est une association issue de l´InaPG, qui fait de la recherche et de la prospective.
L´analyse prend le chiffre d´affaires global (avec les aides recouplées) - charges opérationnelles - main d´oeuvre - frais de mécanisation et de stockage.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière