Aller au contenu principal

Inspirons-nous des laits de montagne tyrolien et bavarois !

Grâce à une communication mettant en avant la naturalité et l’authenticité et à un accompagnement politique régional, les montagnes sud-tyrolienne et bavaroise valorisent bien leur lait de montagne, notamment avec du lait et des produits frais.

Le Sud Tyrol parvient à maintenir une activité agricole productive sur des pentes très fortes.
© C. Perrot

Mais comment font donc les filières laitières du Sud Tyrol italien et des montagnes bavaroises ? Ces deux régions de montagne ont très peu de lait AOP/IGP. Et pourtant elles arrivent à dégager un prix du lait (hors AB)supérieur à leur moyenne nationale, et sensiblement plus élevé que celui de nos montagnes auvergnates. Une condition vitale pour le maintien de leurs petites exploitations. Le point commun de leur stratégie ? « Elles communiquent astucieusement sur des valeurs spontanément associées par les consommateurs à la montagne : l’origine régionale typée, l’authenticité, la naturalité et la fraîcheur ", explique Christophe Perrot, de l’Institut de l ‘élevage(1).

Une marque ombrelle Sud Tyrol

Le cas du Sud Tyrol interpelle particulièrement. Cette province, germanophone à 70% et très autonome, compte encore 4 800 exploitations, souvent doubles actives. Elles détiennent en moyenne 15 vaches pour 83 000 kg de lait. À titre de comparaison, la Savoie, qui a une superficie et un nombre d’habitants identiques, produit trois fois moins de lait avec huit fois moins d’exploitations ! Neuf coopératives valorisent 400 millions de litres à un prix homogène, assez impressionnant : il dépasse désormais 500 €/t avec un écart croissant par rapport au prix italien (517€ en 2017 hors AB et quasiment sans AOP). Une des clés du succès est une politique d’offre concertée, avec une marque ombrelle régionale mettant en avant " l’or blanc qui jaillit des montagnes ", le territoire avant le produit ! Un organisme indépendant contrôle le respect du cahier des charges (lait de région, aliment sans OGM, bien-être et santé animale, collecte quotidienne…). « Et ce prix du lait est issu d’un mix produit très étonnant, pas vraiment typique : yaourts (31 % du lait), mozarelle (21 %), fromages, lait… Un yaourt sur deux produits en Italie vient de cette zone, avec un prix du yaourt italien qui est le double du prix français », ajoute Christophe Perrot.

Des laits de montagne bavarois concurrents

Le « modèle » des montagnes bavaroises, qui fait vivre 4 000 exploitations de 25-30 vaches, est différent. Ici, pas de stratégie concertée et certifiée. On est dans une logique de concurrence, pour capter l'attention des consommateurs avec un rôle parfois très fort des distributeurs. 600 à 700 millions de litres de lait de montagne  sont transformés par de nombreuses coopératives et entreprises privées de taille et stratégie variées, et 420 millions de litres (4,7% du lait bavarois) sont commercialisés en tant que tel avec une part de marché croissante qui talonne le bio. « Le prix du lait est moins impressionnant, mais il est plus stable que le lait conventionnel », souligne Christophe Perrot. La coopérative de Berchtesgaden est un bel exemple : elle détient le prix le plus élevé en Allemagne (390 € de 2013 à 2017 pour le lait de montagne sans descendre en dessous de 350 €) juste devant Friesland Campina. Ses produits portent toute une série d’allégations collant à « l’esprit du temps », liste qui s’allonge d’année en année : sans glyphosate, homéopathie, soins individuels, lait A2… Seul le sans-OGM est contrôlé. Et c’est le leader de la distribution de lait frais sur l’Allemagne, un pays industriel et urbain.

(1) Dans le dossierEconomie de l'élevage n°494 Montagne France-UE commandité par FranceAgriMer et le Cniel.

Un soutien politique très fort

Le Sud Tyrol et les montagnes bavaroises bénéficient d’un accompagnement politique très fort qui adapte les outils aux objectifs de ces régions qui comptent parmi les plus riches de l'UE. Le Sud Tyrol, par exemple, octroie des aides à l’investissement importantes pour l’élevage, les gîtes et laiteries (en témoigne un élevage qui a investi 500 000 € pour 12 vaches !), une aide à la collecte unique en Europe et une aide couplée à la vache laitière équivalente à deux fois celle de la France. Il dépense trois fois le budget du second pilier de la Savoie.

Côté éco

Prix du lait, moyenne 2013-2016

Sud Tyrol 494 €/t
Italie 416 €/t
Montagnes bavaroises 364 €/t
Allemagne 331€/t
Auvergne 335 €/t
France 339 €/t
Prix TPQC avec AOP hors AB
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Gaël et Lucia Fortin ont quitté la Vendée pour se ré-installer en Loire-Atlantique. « Ce n’est pas le parcours le plus simple, mais aujourd’hui nous ne regrettons pas ce choix. » © E. Bignon
« J’ai préféré me ré-installer sur une autre ferme »
Suite à une mésentente, Gaël Fortin a quitté l’exploitation familiale en Vendée et s’est ré-installé dans un département voisin,…
Carine Pothier (Limagrain) et Alexandre Maffre (céréalier) lors de la récolte de la luzerne : « Le contrat avec Limagrain permet de sécuriser notre approche ». © Limagrain
Ils sont céréaliers et cultivent de la luzerne pour des éleveurs
Dans le Puy-de-Dôme, sur l'exploitation d'Alexandre et Christophe Maffre, la luzerne est destinée à remplacer la betterave…
Benoît et Xavier Bonnet, cousins et associés du Gaec de la Chevade. « Nous intervenons tout l’hiver pour mener la lutte contre les campagnols. » © B. Griffoul
« Le matin, nous aimons nous lever pour aller nous occuper de nos vaches, brebis et céréales »
Dans le Cantal, à 1 000 mètres d'altitude, le Gaec de la Chevade mêle production laitière, viande ovine et céréales. Conduite…
Après la mort de 400 bovins : l'arrêt du parc éolien est préconisé pendant dix jours
La commission d’enquête mandatée suite aux troubles sur deux élevages laitiers proches du parc éolien des Quatre Seigneurs, en…
Monnaie
Prix du lait : la grande distribution annonce plusieurs accords tarifaires 2021
A 385 ou 386 euros les 1000 litres, toutes primes confondues : c'est le prix du lait que Lidl, Carrefour et Système U annoncent…
Imposante structure de 25 m de haut et de 6,10 m de diamètre, le silo tour date de 1978. © B. Griffoul
"Notre ensilage d'herbe est stocké en silo tour"
Dans le Cantal, le Gaec de la Chevade dispose d'un silo tour de 800 m3 pour stocker l'ensilage d'herbe. Ce système permet aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière