Aller au contenu principal

Bon geste
Inséminer ses vaches avec succès

L’insémination par l’éleveur se développe en France (plus 2 000 éleveurs en 2010, soit +34 % par rapport à 2009)(1), tout en restant marginale, environ 3 % des inséminations totales. Plusieurs intervenants proposent des formations.

1 - Soigner la contention

Ce point est crucial pour votre sécurité et pour la réussite de l’insémination. Le risque de blesser une vache en inséminant dans de mauvaises conditions est trop important pour négliger cet aspect. L’idéal est d’être à la même hauteur que l’animal et de travailler dans le calme.

2 - Bien décongeler la paillette


Pour être féconde, la semence doit être décongelée dans les règles de l’art, et de préférence une paillette à la fois. Les paillettes sont conservées à – 196 °C dans de l’azote liquide. À chaque fois que vous sortirez une paillette de l’azote, même rapidement, vous détruirez des spermatozoïdes.
L’idéal consiste à plonger la paillette pendant au minimum 20 secondes dans un bain-marie à 37 °C. Attention, avec de la semence sexée, il faut doubler le temps (environ une minute). Puis la paillette doit être séchée avec du papier essuie-tout.
Pour éviter un nouveau choc thermique aux spermatozoïdes, notamment en hiver, n’hésitez pas à réchauffer avec la main le pistolet d’insémination avant d’y introduire la paillette décongelée.

3 - Introduire proprement le pistolet


Travailler proprement lors de l’introduction du pistolet dans le vagin est essentielle, afin d’éviter de polluer le tractus génital avec de la bouse ou de l’urine. Pour inséminer, il faut introduire sa main dans le rectum de la vache pour aller chercher le col de l’utérus (cylindre de texture cartilagineuse, et donc moins souple que le vagin et les cornes utérines). Il faut ensuite saisir délicatement le col à travers la paroi du rectum sans l’irriter ou la blesser (attention aux ongles trop longs).
Avec de l’habitude, le passage du col ne doit pas poser de problème quand la vache est en chaleur. A contrario, quand la vache n’est plus en chaleur, le passage du col n’est plus dilaté et lubrifié. Par ailleurs, quand une vache pousse, il faut accompagner les contractions du rectum pour ne pas blesser l’animal.

4 - Déposer la semence juste après le col


L’idéal est de déposer la semence juste à la sortie du col de l’utérus. Ne cherchez pas à aller plus loin. Vous risquez en effet de blesser voire perforer une des deux cornes utérines et de provoquer une inflammation.

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Jean-Noël Landemaine avec Marion, sa compagne, et leur fille Louise. « Notre travail a plus de sens. Il est plus technique et plus passionnant qu’avant. J’apprécie le gain d’autonomie pour l’organisation des chantiers de récolte. » 
« Notre conversion bio avec séchoir à foin répond à nos convictions »
Au Gaec Louverné, en Mayenne. Être en phase avec leurs convictions et les attentes sociétales tout en améliorant l’autonomie de l…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière