Aller au contenu principal

Insémination : La semence sexée ne cesse de rebondir

Après quatre années de recul, le rebond de l’utilisation de la semence sexée observé lors de la campagne 2019/2020 (+ 5 %) s’est confirmé en 2020/2021 (+ 7 %).

Plus de la moitié des 52 000 troupeaux laitiers utilisant l'IA ont réalisé au moins une insémination première sexée sur la campagne 2020/2021.
Plus de la moitié des 52 000 troupeaux laitiers utilisant l'IA ont réalisé au moins une insémination première sexée sur la campagne 2020/2021.
© F. Mechekour

Près de 575 000 inséminations totales (IAT) ont été réalisées avec de la semence sexée lors de la campagne d’insémination 2020/2021 indique Sandra Dominique du département génétique de l’Institut de l’élevage. Cela représente une augmentation de + 7 % d’IAT sexées par rapport à la campagne 2019/2020. Le nombre d’IAT sexées représente désormais près de 9 % des inséminations totales et 12 % des inséminations premières.

Plus des trois quarts sont réalisées en première IA (IAP). Toutefois, depuis la campagne 2018/2019, le rapport IAP sexées/IAT sexées a eu tendance à légèrement baisser. « Nous pouvons émettre l’hypothèse que les éleveurs ont moins de réticence à réaliser leurs inséminations de retour avec de la semence sexée », avance Sandra Dominique.

Jersiaise : 60 % d’IAP sexées sur génisses

L’emploi sur génisses reste majoritaire avec 61 % des IAP sexées. Mais la dynamique diffère selon les races. Toutes femelles confondues, la palme d’or revient à la race Jersiaise, avec 60 % d’IA premières sexées sur génisses contre 43 % sur vaches. La Brune n’est pas loin avec respectivement 44 % et 19 %. La Prim’Holstein et la Montbéliarde sont au coude-à-coude avec 34 % et 31 % d’IAP sexées sur génisses. En revanche, ces deux races se distinguent en termes d’utilisation sur vaches : 4 % seulement pour la Prim’Holstein contre 19 % pour la Montbéliarde. En Normande, ces pourcentages sont respectivement de 22 % et 5 %.

A l’instar des campagnes précédentes, les taux de non-retour entre 18-90 jours après une insémination première (IAP) sont en moyenne inférieurs de 10 points à ceux avec de la semence conventionnelle : 60 % contre 71 % pour les génisses et 49 % contre 58 % pour les vaches. Attention, ces taux sont calculés seulement pour les taureaux diffusés à la fois en semence sexée et en semence conventionnelle. Ces moyennes cachent des écarts entre races en particulier chez les vaches.

La fiabilité de la technique (veau du sexe désiré) se confirme avec plus de 91 % de femelles nées après une insémination fécondante avec de la semence sexée femelle lors de la campagne précédente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

En août, les abattages de vaches laitières étaient en hausse de +3% par rapport à août 2021.
La décapitalisation laitière s’accélère
Depuis le 1er juillet, et plus nettement au 1er août, le nombre de vaches laitières présentes en élevage…
Baisse de la collecte, hausse des charges... Le prix du lait devrait continuer d'augmenter cette fin d'année.
Le prix du lait poursuit sa hausse
Les perspectives pour la fin d’année 2022 laissent entrevoir une poursuite de la hausse du prix du lait.
Les élevage réunionnais comptent en moyenne 49 vaches, principalement des prim’Holstein mais également des brunes des Alpes et des montbéliardes.
À La Réunion, une aide de 100 000 euros par exploitation pour augmenter la production locale
La coopérative Sicalait veut moderniser les élevages de l’île et produire plus de lait localement.
manifestation d'agriculteurs devant un tracteur
Les sociétaires Sodiaal du Grand Ouest passent à l'offensive
Très inquiets du prix du lait pratiqué par leur coopérative, des sociétaires Sodiaal de Bretagne et des Pays de la Loire ont…
Lactel affiche un objectif de  -5 % de consommation d'eau en 2025 par rapport à 2019.
L’été compliqué de Lactalis
En France, entre pénurie d’eau, inflation et négociation tendue avec la distribution, le transformateur laitier Lactalis revient…
Une vache saine, ne présentant ni mammite clinique ni subclinique, ne pourra plus recevoir d’antibiotiques au tarissement.
Tarissement : la réglementation se durcit sur l’usage des antibiotiques
Depuis le 28 janvier 2022, il n’est plus autorisé de traiter préventivement les vaches saines au tarissement avec un médicament…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière