Aller au contenu principal

Jusqu'à 30 euros pour 1000 litres
Impact économique du nouveau cahier des charges de l'AOC Cantal

Dans l’AOC cantal, les producteurs ne pourront plus acheter
d’animaux hors de la zone d’appellation à partir du 1er janvier
2010, sauf pour les races de montagne à faible effectif.
Dans l’AOC cantal, les producteurs ne pourront plus acheter
d’animaux hors de la zone d’appellation à partir du 1er janvier
2010, sauf pour les races de montagne à faible effectif.
© B. Griffoul

Les incidences du nouveau cahier des charges de l’AOC cantal seront très différentes selon les trois grands systèmes de production qui coexistent sur la zone d’appellation. Dans les Monts du Cantal, région herbagère extensive, très peu d’adaptations seront nécessaires. À l’opposé, la partie sud de la zone (dite de la Châtaigneraie), avec ses systèmes basés sur l’ensilage de maïs, sera la plus affectée. Le service références a chiffré l’impact à 33 euros par mille litres pour le cas-type représentatif (conjoncture 2006 avec la céréale à 166 euros la tonne).

« Ces élevages, autonomes en général, produisent peu de foin, de l’ordre de 500 kg par vache, mais sont peu consommateurs de concentrés, détaille Yannick Péchuzal, ingénieur références. La part de maïs dans la ration devra diminuer au profit essentiellement du foin. À l’avenir, ils devront produire 1,5 tonne de foin par vache. La baisse du niveau laitier de la ration de base sera en partie compensée par un apport supplémentaire de concentré. Ils seront obligés de désintensifier le système et donc d’accroître la surface fourragère au détriment de la sole en céréales. De 1,6 UGB/ha de chargement, ils vont passer à 1,3. Ils vont devoir acheter de la céréale et de la paille. Des achats qui vont peser lourd dans le bilan économique. Au delà d’une certaine densité laitière par hectare et sans marge d’extension de la SFP, il sera difficile d’appliquer le cahier des charges sans sousréaliser le quota. Seul un lait AOC bien mieux valorisé pourra amener les éleveurs dans cette voie, où ils souhaitent aller généralement. »

TROIS GRANDS SYSTÈMES

Pour la zone herbagère Planèze – Margeride (autour de Saint-Flour), l’impact sera un peu moindre. Le coût d’adaptation est chiffré à 20 euros par mille litres pour le cas-type laitier spécialisé. « Ces systèmes sont souvent confrontés à un problème d’autonomie fourragère et de qualité des fourrages, explique Yannick Péchuzal. Pour compenser, ils ont tendance à acheter des compléments : luzerne, pulpe de betterave, maïs ensilage. Avec l’AOC cantal, ils ne pourront plus faire d’achat hors zone. De plus, ils dépassent souvent le plafond des 1800 kg de concentrés. Suppression des achats extérieurs et réduction du concentré aboutiront à une baisse du rendement laitier. La production globale pourra être maintenue par une augmentation de l’effectif laitier et de la SFP au détriment des céréales quand elles sont présentes. En système 100 % herbe, il n’y a pas de marge de manoeuvre. Dans cette zone, la difficulté sera d’atteindre l’autonomie fourragère avec souvent plus d’animaux à nourrir. » ■

Retrouvez le reste des articles (dont un reportage en élevage) traitant de ce sujet dans la revue, mois de février 2009, page 44 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

« J’envisage de mettre 35 % de silphie dans la ration des génisses »
Dans les Vosges, Jean-Luc Bernard a semé 114 hectares de silphie pour « nourrir » un digesteur de méthaniseur et…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
La silphie peut atteindre 3,50 m de hauteur. Mais, pour une utilisation en fourrage, la récolte se fait avant la floraison.  © Silphie France
[Réchauffement climatique] La silphie, une plante d’avenir pour faire des stocks ?  
La silphie fait de plus en plus parler d’elle chez les méthaniseurs, mais pas seulement. Des éleveurs commencent à s’y intéresser…
Mathias et Jean-Pierre Charretier avec leur conseiller Alexandre Batia. « On a préféré investir dans des matelas et des logettes adaptées pour améliorer le confort toute l’année, plutôt que dans des ventilateurs qui ne serviraient que quelques semaines par an. » © E. Bignon
« On a amélioré le bien-être des vaches et elles nous le rendent bien »
Le Gaec Charretier, dans le Rhône a investi dans le confort de couchage et a trouvé des solutions « maison » contre le stress…
Bruno Calle, éleveur. « Le méthaniseur est alimenté avec 60 % d'effluents et 15 % de produits d'exploitation et 25 % de produits extérieurs. » © V. Bargain
Méthanisation:« Grâce aux digestats, nous avons supprimé la quasi-totalité de l’ammonitrate »
Au Gaec Moulins de Kerrolet, dans le Morbihan. Grâce à une gestion très fine des digestats, l’exploitation n’…
Pac 2020: Le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants est fixé
Deux arrêtés du 29 septembre 2020 précisent le montant des aides aux bovins laitiers et allaitants pour la campagne 2020.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière