Aller au contenu principal

Jusqu'à 30 euros pour 1000 litres
Impact économique du nouveau cahier des charges de l'AOC Cantal

Dans l’AOC cantal, les producteurs ne pourront plus acheter
d’animaux hors de la zone d’appellation à partir du 1er janvier
2010, sauf pour les races de montagne à faible effectif.
Dans l’AOC cantal, les producteurs ne pourront plus acheter
d’animaux hors de la zone d’appellation à partir du 1er janvier
2010, sauf pour les races de montagne à faible effectif.
© B. Griffoul

Les incidences du nouveau cahier des charges de l’AOC cantal seront très différentes selon les trois grands systèmes de production qui coexistent sur la zone d’appellation. Dans les Monts du Cantal, région herbagère extensive, très peu d’adaptations seront nécessaires. À l’opposé, la partie sud de la zone (dite de la Châtaigneraie), avec ses systèmes basés sur l’ensilage de maïs, sera la plus affectée. Le service références a chiffré l’impact à 33 euros par mille litres pour le cas-type représentatif (conjoncture 2006 avec la céréale à 166 euros la tonne).

« Ces élevages, autonomes en général, produisent peu de foin, de l’ordre de 500 kg par vache, mais sont peu consommateurs de concentrés, détaille Yannick Péchuzal, ingénieur références. La part de maïs dans la ration devra diminuer au profit essentiellement du foin. À l’avenir, ils devront produire 1,5 tonne de foin par vache. La baisse du niveau laitier de la ration de base sera en partie compensée par un apport supplémentaire de concentré. Ils seront obligés de désintensifier le système et donc d’accroître la surface fourragère au détriment de la sole en céréales. De 1,6 UGB/ha de chargement, ils vont passer à 1,3. Ils vont devoir acheter de la céréale et de la paille. Des achats qui vont peser lourd dans le bilan économique. Au delà d’une certaine densité laitière par hectare et sans marge d’extension de la SFP, il sera difficile d’appliquer le cahier des charges sans sousréaliser le quota. Seul un lait AOC bien mieux valorisé pourra amener les éleveurs dans cette voie, où ils souhaitent aller généralement. »

TROIS GRANDS SYSTÈMES

Pour la zone herbagère Planèze – Margeride (autour de Saint-Flour), l’impact sera un peu moindre. Le coût d’adaptation est chiffré à 20 euros par mille litres pour le cas-type laitier spécialisé. « Ces systèmes sont souvent confrontés à un problème d’autonomie fourragère et de qualité des fourrages, explique Yannick Péchuzal. Pour compenser, ils ont tendance à acheter des compléments : luzerne, pulpe de betterave, maïs ensilage. Avec l’AOC cantal, ils ne pourront plus faire d’achat hors zone. De plus, ils dépassent souvent le plafond des 1800 kg de concentrés. Suppression des achats extérieurs et réduction du concentré aboutiront à une baisse du rendement laitier. La production globale pourra être maintenue par une augmentation de l’effectif laitier et de la SFP au détriment des céréales quand elles sont présentes. En système 100 % herbe, il n’y a pas de marge de manoeuvre. Dans cette zone, la difficulté sera d’atteindre l’autonomie fourragère avec souvent plus d’animaux à nourrir. » ■

Retrouvez le reste des articles (dont un reportage en élevage) traitant de ce sujet dans la revue, mois de février 2009, page 44 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière