Aller au contenu principal

Vu par le véto
Il s’en est fallu de peu

UN GROS CAILLOT
DE SANG attaché
à la vulve.
UN GROS CAILLOT
DE SANG attaché
à la vulve.
© J.-M. Nicol

« Marc ne fouille jamais ses vaches après qu’elles ont vêlé, même lorsqu’il les a aidées - question d’hygiène. Cette primipare est plutôt bien préparée et les séquences du vêlage se déroulent sans ombre ; les onglons se montrent à la vulve, puis le bout du nez. Marc aurait bien attendu encore un peu, mais les travaux des champs réclament également sa présence. Allez, il faut en finir… La vêleuse, le seau, les cordelettes. Traction, relâchement, traction, traction… et hop la tête sort, puis le corps tout entier. Un mâle, évidemment !

La génisse est couchée et de la vulve s’écoule un peu de sang. Et même un peu plus que d’habitude. Rien de grave car le temps de réveiller le veau un peu groggy, celui de ramasser le matériel après l’avoir nettoyé, la flaque de sang et d’eaux foetales mélangées ne s’est pas agrandie. Fidèle à sa règle, Marc ne met pas la génisse debout et ne la fouille pas. En route pour les cultures.


ÇA RE-SAIGNE !

Tout va bien pendant huit jours, jusqu’à ce qu’en revenant du pré la bête montre un caillot de sang accroché à la vulve. Il y en a d’ailleurs toute une flaque dans la parcelle… Mon portable sonne et Marc m’explique l’histoire et veut savoir si de la vitamine K viendrait à bout de ce saignement. Non, cela ne suffira pas. Tel que tu racontes l’histoire, et huit à dix jours après le vêlage, il y a un caillot qui se délite et la pression sanguine fait le reste. Je ne sais pas si c’est un gros cotylédon qui s’est rompu et dont le pied saigne, ou la cloison entre les deux cornes utérines ou une plaie vaginale, mais c’est un truc pour moi.

Quelques minutes plus tard, je visite le vagin pour découvrir une plaie aux bords indurés car cicatriciels, je sens un petit jet de sang s’en échapper et je sais que huit jours après le vêlage, le vagin n’est plus disposé à me laisser la place de manoeuvrer à deux mains. J’introduis une pince pour pincer le vaisseau ; elle écrase la cicatrice et fait saigner trois fois plus… Je vous passe la séquence suivante au cours de laquelle Marc me demande si sa bête peut mourir (oui, oui !) et mes efforts pour manier d’une main l’aiguille qui me permet non sans peine de suturer la plaie et le vaisseau avec. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière